Actualités et dégustations

Glenfiddich maturé dans un fût d’IPA ! Mais où vont-ils chercher tout ça ?

par Gilbert DELOS

Alors que de plus en plus de brasseurs utilisent des fûts de whisky pour la finition de leurs bières, voilà un single malt qui a séjourné dans un fût… ayant contenu de l’India Pale Ale. C’est Glenfiddich, leader du secteur, qui s’est lancé dans l’aventure.

La Speyside Craft Brewery, jeune brasserie artisanale créée en 2012, a d’abord élaboré une bière bien houblonnée, selon une recette spécifique pour la circonstance. Cette IPA a ensuite séjourné un mois dans des fûts de Glenfiddich.
Retournés à la distillerie, ils ont alors été remplis d’un single malt (dont on ne connaît pas l’âge) pour une durée de trois mois. Le whisky a été ensuite réduit à 43° avant l’embouteillage.

Résultat : un nez discret mais tout de même chaleureux, puis une bouche puissante avec un peu de citron, de la vanille sur un corps moelleux, voire huileux. Du poivre noir et des épices sont perceptibles, mais difficile de parler d’amertume (peut-être en arrière-plan) et encore moins de houblon. Mais l’ensemble est tout de même réussi, homogène et bien agréable grâce à de la puissance jusqu’à la finale et au-delà.
Impossible d’y retrouver la bière, à part quelques notes florales peut-être, mais le tout constitue un malt intéressant, original en tout cas. Mais c’était couru d’avance : les liens entre la bière et le whisky sont évidemment consanguins.

Piqûre de rappel …

La SELECTION est établie tous les deux mois en étroite collaboration entre les responsables du Clan et notre fournisseur et importateur, la Société DUGAS. Cette sélection est ouverte, tout produit, d’où qu’il soit, est éligible, sous réserve de qualité, de disponibilité et de prix compatibles avec nos objectifs.
Certains produits rares sont prioritairement proposés à nos membres, certains fûts issus de distilleries réputées nous sont réservés. Des produits exclusifs font régulièrement partie de cette sélection et des produits officiels sont fréquemment proposés en « prime time ».
Chaque dégustation est l’occasion d’une appréciation et de commentaires sur les produits proposés et nos amis et invités sont les bienvenus au cours de ces soirées, afin de découvrir le Clan.
Cette sélection qui demande de la réactivité, des arbitrages… et du temps disponible, est réservée aux adhérents du Clan des Grands Malts.
Notre association n’étant pas une société commerciale, mais un club de dégustation, nous ne faisons ni ventes, ni achats, en dehors des produits destinés nécessairement aux dégustations. Les adhésions et ré-adhésions sont exclusivement gérées par l’association, soit par l’intermédiaire du site :

– www.grandsmalts.fr

ou en prenant contact avec :

– Marie-Hélène Magnant ✆ 06 81 43 10 09 – marie-helene.magnant.75104@paris.notaires.fr
– Gérard Trentesaux ✆ 06 07 41 82 09 – gtrentesaux@orange.fr

Toute commande, toute vente est assurée par la société DUGAS et notre interlocuteur exclusif au niveau de la société : Baptiste Cauchon.
Baptiste Cauchon ✆ Créteil +331 81800223 Mob : +337 60 56 50 21 – b.cauchon@dugas.fr ou
club@dugas.fr
Société Dugas  –  2 chemin des Marais Za Du Grand Marais 94000 Créteil.

Maltement vôtre, le bureau du Clan

Dégustations « ANNIVERSAIRE »

20 ANS – Bernard Escande
Les 20 ans du clan nous ne voulions pas les rater et pour les fêter nous avions rêvé d’un haut lieu parisien tel le « Jules Vernes » histoire d’y décliner 20 000 lieues sous les malts ou le tour du monde en 80 malts… ce fut Saint-Ouen… D’accord pour ce lieu mais il fallait y aller : trop timoré pour le faire en voiture, trop radin pour prendre un taxi, trop claustrophobe pour utiliser le métro. Ce fut donc le bus avec un périple de 90 mn à travers Paris et en prime le passage par les fameuses puces de Saint-Ouen. Avec une précision toute horlogère nous arrivâmes très précisément à l’heure pour participer à l’assemblée générale dont nous attendions, dans le contexte électoral du moment et dans la grande tradition fran- çaise, moult contestations et pléthore de candidats pour les postes à pourvoir. Ce fut tout au contraire une remarquable sérénité et des votes à l’unanimité. Visiblement le charme de la présidente nous avait tous envoûtés. Vint ensuite l’heure de tester ces flacons qui étaient tout de même l’une des raisons de notre déplacement. Coté apéritif, notre ami Donald avait eu le nez creux en nous proposant sa récente création : le « FLATNÖSE PEATED » que nous appréciâmes tous ; n’oubliez pas de le mettre sur votre prochaine commande. Avec le repas vinrent cinq autres malts et pas des moindres ; tout d’abord un « LAPHROAIG » 13 ans du clan sorti de derrière les fagots (chouette j’en ai encore une bouteille dans ma cave !) suivi d’un « AS WE GET IT » dont je m’empressai d’acheter le dernier fond de bouteille histoire de prolonger le plaisir. Rien n’étant absolument parfait l’« ARBEG » 14 ans finition oloroso qui nous était annoncé était indisponible et fut remplacé par…un « ARDBEG » 15 ans, le péché était véniel. Pour continuer ce fut un « BUNNAHABHAIN » 11 ans la bouteille de souscription de 2016 (je n’avais pas encore ouvert la mienne, maintenant cela ne saurait tarder). Et pour couronner la soirée un « OCTOMORE » 208 ppm à déguster religieusement. Avec la dernière goutte minuit approchait et il fallait rentrer. A une heure du matin nous nous couchions la tête et les papilles pleines de souvenirs. Merci les G.O. nous avons kiffé grave…

EN DIRECT DU STADE – Nicole Loiseau
En mars, la dégustation parisienne s’est tenue au Royal-Villiers, qui demeure le rendez-vous des rugbymens professionnels et pas des moindres en regardant les photos qui décorent la salle : que des bêtes de concours. Ils se retrouvent au soussol les soirs de grand match, avec leurs supporters pour une retransmission sur écran géant. Inutile de préciser la litanie des troisièmes mi-temps qui se sont déroulées ici. Faute de sentir le whisky, le lieu sentait la bière… À l’approche des vingt ans du Clan, pour clore cette soirée, notre ami Duy Minh nous a offert une troisième mi-temps aux saveurs de Pulteney, un vénérable de 25 ans, plus chenu que le Clan lui-même et vivement apprécié par notre petite assemblée. Merci pour cette attention surprise !

CONTINUITÉ & changement

Chers amis,
Dans les semaines qui viennent la société DDL, qui fut depuis la création du Clan, votre interlocutrice pour les commandes des adhérents et celles destinées aux dégustations, ne sera plus votre intermédiaire entre la société SAS DUGAS et le Clan des Grands Malts.

La société DUGAS, seule habilitée dans cette fonction, était votre importateur et acheteur, la société DDL, votre fournisseur exclusif. Mais la gestion du Clan par cette dernière entité, au fil du temps a fait apparaitre un certain nombre de dysfonctionnements que nous souhaitions supprimer pour plus de souplesse, plus de réactivité et plus d’efficacité dans la sélection des produits.

Ce changement revêt avant tout un aspect technique, les liens historiques de notre partenariat n’en seront nullement affectés. Il nous a paru évident qu’un interlocuteur unique était à nouveau indispensable pour faire le lien entre la société DUGAS et le Clan. Maitrisant les produits, les réservations quelle que soit leur origine, en collaboration avec le Clan, assurant la facturation, organisant les livraisons, tout en restant à l’écoute de nos membres, cette fonction sera assurée par Baptiste CAUCHON dès fin février 2017. Il a déjà à coeur de s’investir dans cette activité.

La société DUGAS reste très soucieuse de l’avenir du Clan, soucieuse de proposer des produits originaux, parfois exclusifs, de favoriser des embouteillages spécifiques, attentive aux suggestions et aux avis des membres du conseil. Dans un marché toujours en évolution, les choix s’efforcent constamment, de répondre à vos attentes.

François Xavier DUGAS

Baptiste CAUCHON                                                                                                      Société Dugas
Tél : +331 81 80 02 23 2                                                                                      Chemin des Marais
Mob : +337 60 56 50 21                                                                                     ZA du Grand Marais
Mail : b.cauchon@dugas.fr                                                                                            94000 Créteil

Le clan des grands malts a 20 ans …

POUR SES 20 ANS, L’Assemblée Générale annuelle du Clan des Grands Malts, est convoquée à SAINT-OUEN (93400) 37 Boulevard Jean Jaurès, le Samedi 15 avril 2017, à 18 heures précises, au 1er étage du restaurant LE COQ DE LA MAISON BLANCHE.

En 1850, un chef de cuisine à la gouaille bien parisienne, un « coq », en argot, installe son piano sur l’emplacement des écuries du Relais de Postes du lieu-dit « Maison Blanche ». Il appelle son restaurant tout simplement « Le Coq de la Maison Blanche ». Situé à la sortie du champ de course qui était, jusqu’en 1914 la fierté de Saint-Ouen, le « Coq de la Maison Blanche » devient un restaurant prisé.
Pendant l’Entre-Deux-Guerres, époque un peu folle, il fut le rendez-vous du « bien-vivre ». En 1946, la famille FRANÇOIS rachète le restaurant, et lui redonne sa réputation de bonne table dans la région entière. Nous serons accueillis par Alain François, fils de la maison et actuel propriétaire.
Guide Michelin 2017 : « Une cuisine très traditionnelle (tête de veau sauce ravigote, coq au vin, etc.), un authentique décor estampillé 1950, des serveurs efficaces et de nombreux habitués de longue date : cette adresse, incontournable à St-Ouen, ressuscite un film d’Audiard ! »
Si la météo le permet, l’assemblée générale sera suivie d’un apéritif dans le jardin, puis le dîner,
accompagné d’une dégustation de whiskies, sera servi à l’étage, privatisé pour l’évènement. Pour cet anniversaire (on n’a pas tous les jours 20 ans…) nous vous proposerons une sélection de nos meilleurs whiskies d’Islay.

L’Assemblée, réservée aux membres à jour, aura lieu à 18 h. précises, et le dîner pour tous à 20 h 30.

La Fête Du Malt …

Le Café PROCOPE  nous reçoit …  

                                                                                                                                Par Nicole LOISEAU

En 1686, un gentilhomme de Palerme fonda ce qui allait devenir le premier café littéraire du monde où se retrouvait tout ce que le monde des arts et de la politique comptait comme génies. Voltaire, Molière, Rousseau, La Fontaine, Beaumarchais, Hugo, Balzac, Danton, Benjamin Franklin notamment y allèrent de leurs coups d’encre, de leurs coups de sang, de leurs coups de lettres, de leurs coups de fourchettes. Des tables ont fait l’histoire, d’autres ont fait la comédie. Il est 20h30, ce 1er octobre, accoudé sur la table de Voltaire attendant mes camarades de jeu, je discute avec Danton et Hugo et leur demande ce qu’ils pensent de notre siècle, et s’ils ont préparé un nouveau plaidoyer pour l’humanité. Ils arrivent… Je redescends de mes rêves et me retrouve dans ce salon superbe et éclatant. Des citations sont peintes sur ces beaux murs, l’éclairage est superbe, l’histoire nous contemple. Superbes tablées de grands ou de futurs grands, une partie de l’histoire de France est devant nous, la littérature semble décrire les sentiments qui se battent en duel dans nos têtes.
l102-9Notre maitre aujourd’hui s’appelle Olivier Fagnen, il est « master distiller » et en guise de littérature, il nous parle plutôt chimie et nous dévoile tous les secrets de la fabrication des nectars prestigieux de Bunnahabhain qu’il a ramené des brumes écossaises. Les Bunnahabhain 12 ans, le 18 ans et le Céobanach ont été directement extraits du fût spécialement pour nous.
On en a plein les mirettes, plein les papilles et on adore ça. L’ambiance est au beau fixe, on trinque, on hume, on déguste. Benjamin Franklin sentant ma petite déception, me glisse à l’oreille, comme une déclaration : « le Procope c’était mieux de notre époque, on y fumait comme pas deux, on y dansait avec nos épées, on rigolait à s’en rompre les mâchoires, on mangeait comme de gentils ogres ».  Mais certains n’y verront rien car comme le disait si bien Blaise Pascal «le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point ».
Déjà on repense à ce chapeau de Napoléon en façade, ce chapeau laissé comme une dédicace d’un temps, celle où un chapeau fut laissé comme gage à défaut de payer une note. On a essayé avec l’anorak rouge du vice-président, mais ça n’a pas marché !
l102-5

l102-4l102-6l102-3

BONNE NOUVELLE POUR CET AUTOMNE …

Vous allez découvrir ce mois-ci deux très jolis Blended malt, préparés dans les chais de Créteil, et mis en bouteille en juillet 2016 à l’intention des membres du Clan, ils viendront compléter la gamme des régionaux, qui comme nous tous, ne sera pas éternelle !l101-11
Le Blended Islay malt, un assemblage de plusieurs millésimes de 2009 à 2011, provenant de trois distilleries de l’Ile, dont l’une est majoritaire. Une finition pendant 12 mois dans un vénérable fût de Pedro Ximenes lui a donné un superbe bouquet.
Le Blended Island Malt, millésimes de 2009 à 2010, issus de deux distilleries ayant des caractères affirmés justifiant leur réputation ! Il a subit dans les chais de Créteil la même punition que le précédent.
Nous avons crée un logo afin d’affirmer leur originalité.

Et n’oubliez pas les kits de dégustation qui vous permettent de découvrir
la sélection en cours !

Il est allé prendre part avec les Anges…

l101-1

Nous sommes très attristés de vous annoncer le départ brutal et prématuré de notre ami Aimé Paquet. Toujours jovial, aimant les bonnes choses de la vie, et très apprécié de tous ceux qui l’ont connu, même le temps d’une dégustation ou d’un voyage (Yolande et lui en ont fait de nombreux avec nous, en Ecosse, en Irlande, mais aussi aux Etats-Unis et au Japon). Que de merveilleux souvenirs !… Il laisse un grand vide parmi ses amis. Nous prenons part à la douleur de son épouse, Yolande, et de ses enfants. Nous leur présentons toutes nos sincères condoléances. Adieu l’Ami ! Tu nous manques déjà…

Palmarès SPRINGBANK toujours en PÔLE POSITION !

C’est en mars 2000, pour la lettre n°18, que j’ai commencé mes dégustations pour le Clan des Grands Malts… si du moins je peux me fier à la mémoire de mon Mac ! Avec cette lettre n° 100, le total de mes dégustations atteint le nombre de 720 échantillons, sauf erreur ou oubli d’enregistrement.
En établissant le palmarès des single malts les plus dégustés, c’est Springbank qui arrive largement en tête, ce qui ne m’a pas trop étonné en fait.

Voici la liste des 11 malts les plus dégustés :
• Springbank : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
• Calo Ila : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  28
• Bruichladdich (sans Octomore) : . . . . . . 27
• Bunnahbhain : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
• Linkwood : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
• Highland Park : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
• Laphroaig : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..17
• Ardbeg : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . …16
• Glenfarclas : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..16
• Jura : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . …16
• Macallan : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

Par ailleurs, j’ai également recherché les single malts dégustés une seule fois, sans tenir compte des bourbons, des single grains ou encore des blends. Beaucoup d’entre eux proviennent de distilleries disparues ou fermées depuis longtemps. Mais il y a aussi Cardhu, Glenfiddich et Oban dans cette liste : trop connus pour être admissibles au Clan ou impossibles à se procurer en raison d’exclusivités ? Seul FX Dugas possède peut-être la réponse… Malts dégustés une seule fois : Cardhu, Glen Albyn, Glen Esk, Glenfiddich, Glenkinchie, Glenlochy, Glenlossie, Invergordon, Kilchoman, Kappogue Castle, Lammerlaw, Linlithgow, Loch Lomond, North Port, Oban, Poit Dubh, Port Ellen, St Magdalene, The Irish Man, Yamazaki.

Quant aux distilleries décrites, le nombre est actuellement de 69, d’Aberfeldy à Woodford Reserve. C’est Glenfarclas qui a été la première à avoir fait l’objet d’un article dans la lettre n° 29, en mars 2002. Tout adhérent souhaitant avoir la liste complète peut bien sûr me la demander.

Tout cela ne me rajeunit pas…
                                    Par Gilbert DELOS

C’est quoi le meilleur whisky ?

Le meilleur whisky… Voila la question piège à laquelle vous n’échapperez pas lorsque, dans une soirée entre amis, vous aurez eu la mauvaise idée de dire votre faiblesse pour ces breuvages alcooliques et colorés. Heureusement certains novices hésitent à la poser, mais d’autres attendent la révélation, c’est la quête du Graal !

Pour couper court, vous pouvez échapper en disant que vous ne savez pas. Pour faire un peu plus « pro. » Partir dans des explications fumeuses, longues et ennuyeuses, alors autant vous préparer.

Pour suivre le buzz vous pourrez toujours évoquer (cela fait sérieux), l’édition 2016 de la
« Whisky Bible » de Jim Murray qui vient d’élire le rye canadien Northern Harvest de Crown Royal couronné « Whisky de l’année » (On arrête de rire dans les rangs) l’an passé un Yamazaki single malt au grand dam des Ecossais ! L’année précédente pourtant, ce fut quand même un Ecossais, le Glenmorangie Ealanta, qui était arrivé en tête du classement. Il faut donc maintenant jouer avec les whiskies du monde. Et pourquoi pas demain le «Hammer Head » de la République tchèque ! Si l’on suit le nom à la lettre il faut peut-être éviter.

Il y a déjà quelques temps Sofia Coppola réalisait « Lost in translation », film où Jim Murray,
perdu au 45e étage d’un hôtel de Tokyo, faisait la promotion d’un whisky Suntory, censé être la perle rare. Comme dans bien d’autres domaines promo et concurrence sont les mamelles du destin ! Continuer la lecture

Les kits de dégustation …

L9706 ECHANTILLON

Voici sous quelle forme les kits de dégustation vous parviendront si vous faites ce choix.
Ils comportent quatre flacons de 3 cl dans un emballage sécurisé.
Chaque kit correspond à la dégustation du mois, et nous vous proposons deux kits tous les deux mois.
Vous trouverez dans la sélection page 10 de la lettre 97, le ou les kits que vous pouvez commander.

Un peu d’autopromotion ne saurait nuire…

L9704 ISLAYLe prochain voyage du Clan sur Islay aura lieu en mars 2016. Depuis les voyages initiés par Gilles en 1998, les liens tissés entre les distillateurs et Le Clan permettent des visites privilégiées, jamais deux fois pareilles.

L9705 ISLAYTony et moi-même contactons directement les distilleries, hôtels et restaurants que nous connaissons, afin d’avoir le meilleur accueil pour notre groupe tout en maitrisant le budget.

Le bulletin est dans la lettre 97, la date du 15 janvier est irrévocable.

 

Slainte, Jean-Marc DANQUIGNY

Voyage sur nos pas – CAMPBELTOWN – ISLAY – Mars 2016

L96 - Voyage 3

Chers amis whiskynautes du Clan, nous avons le plaisir de vous annoncer que notre voyage annuel prend forme. Cette année, après 5 ans d’absence, nous revenons à un de nos circuits de prédilection : Campbeltown, Islay, et — si la météo le permet — Jura.
Le rendez-vous est prévu le dimanche soir 13 mars à l’aéroport de Glasgow Le retour est envisagé vers 16h le dimanche 20 à l’aéroport de Glasgow.
Le groupe sera limité comme d’habitude à 16 personnes, pour plus de convivialité, ainsi qu’une
meilleure qualité des visites. Pour ceux qui le souhaitent, en option payante, nous essaierons de nous procurer des places pour le match Écosse-France du tournoi des Six nations qui aura lieu le dimanche 13 mars après-midi à Murrayfield. Nous logerons dans le plus ancien hôtel d’Islay, face aux Paps of Jura.
Pour vous éviter de mauvaises surprises, nous vous précisons que les hôtels ne sont généralement pas équipés d’ascenseur, et que certaines journées risquent d’être « physiques » (un peu de marche et des escaliers dans toutes les distilleries).

L96 - Voyage 4L96 - Voyage 5

Et nous ne manquerons pas de nous intéresser au passé de la « Reine des Hébrides ».
Il y aura des distilleries aussi, rassurez-vous !

 

 

Le budget prévisionnel pour ce voyage est de 1400 € (± 5%) pour 6 jours de visites, et inclut :
• le bus durant toute la durée du circuit
• 7 nuits en hôtel avec petit déjeuner, y compris la première nuit à Glasgow.
• 6 déjeuners et 6 dîners, le premier dîner à Glasgow étant libre.
• toutes les visites.
Non inclus : les boissons hors des visites.

Attention : le trajet A/R n’est pas inclus, il incombe à chacun d’effectuer sa réservation d’avion (ou de train).
Nous nous retrouverons donc directement en Écosse. Les horaires et lieu précis vous seront communiqués ultérieurement.
Les inscriptions sont limitées à 16 places. Le bureau du Clan des grands Malts s’accorde le droit de sélectionner les participants parmi les candidats, de façon à pouvoir trouver un juste équilibre entre les néophytes et les aguerris, les couples et les individuels. Toutefois, nous accorderons aux « recalés » la possibilité d’être privilégiés pour les départs des prochains voyages. Les inscriptions ne seront effectives que lorsque l’acompte de 300 € par personne sera versé. Merci de bien vouloir répondre rapidement sur le bulletin d’inscription disponible sur la lettre 96.

 

WEEK-END CHEZ LES CH’TIS

Par Eric Delrue L95-65

Le clan de Lille avait proposé sa candidature pour l’organisation de l’assemblée générale 2015, marquant ainsi son envie de commémorer le 15e anniversaire de sa création avec des membres d’autres régions. Bien évidemment le bureau national avait accepté cette proposition. Rendez-vous était donc donné samedi 11 Avril à 17h30 pour l’AG, suivie d’une soirée dégustation et repas.
Mais 2 amis parisiens souhaitaient anticiper leur arrivée dins ch’nord et visiter la région. Quelques Lillois ont donc accueillis Jean Christophe et Tony dès le samedi matin, et tout de suite, direction les Flandres et le village de Hondeghem (entre Lille et Dunkerque, près de Cassel) connu depuis le XIIe siècle pour la qualité de ses tissages de draperie. En fait, c’est plutôt l’Estaminet de l’ancienne maison commune qui attira nos amis ! Datant du XVIIIe siècle, c’est un établissement célèbre où l’on trouve encore d’anciens jeux flamands (billard nicolas, toupies, massacre). Dégustation d’une bière accompagnée de tartines de saindoux en attendant le repas… des tripes grillées servies et frites maison ont ravis les palais de nos amis.
Sans perdre de temps, direction ensuite Blaringhem, autre village typique flamand, siège de la Brasserie du Pays Flamand, qui brasse entre autre la fameuse « anosteké », bière typique, fortement houblonnée et amère, avec aussi des aromes de fruits (agrumes). Continuer la lecture

Échos de la planète malt…

Par Gérard TRENTESAUX

Christine Lambert est une journaliste qui n’a pas sa plume dans sa poche, et décode pour les amateurs de whiskies une actualité parfois surprenante. A propos de Dave BROOM qui à récemment publié Le manuel du whisky… et tous les cocktails, elle ose :
De temps en temps, au milieu des beaux livres sur les spiritueux, nous arrivent quelques pépites de papier ambitieuses, de celles qu’on ne laissera pas prendre la poussière sur la table basse du salon.
Et, en matière de pépites, Dave Broom est une mine à lui seul. Après son Atlas mondial du whisky, dont on attend avec impatience que Flammarion nous traduise la version augmentée, cet infatigable arpenteur a ciselé et poli un Manuel du whisky d’un genre inédit :
Dans la littérature consacrée au whisky, la seule chose qui n’existait pas était un livre qui parlait de la façon de le boire et, plus important encore, d’y prendre du plaisir, explique le Glasgowien. Or, à chaque fois que le whisky a été populaire dans l’histoire, il était mélangé à autre chose, allongé, aromatisé, etc…
Je me suis dit que ce pourrait être amusant, irrévérencieux, intéressant – et éventuellement utile – de s’y atteler !
Dave Brown à Whisky Live

Dave Broom à Whisky Live

Continuer la lecture

LA FETE DU MALT – Samedi 4 Octobre 2014

L92 - FM1Chez Françoise

par Gérard TRENTESAUX

Là-bas, le dôme des Invalides illuminé au travers des averses, par les ultimes rayons de soleil. Au-dessus de nos têtes l’esplanade, (qui cache en sous-sol des services de la voirie, sans que l’on s’en doute… deux mondes parallèles) et puis la gare des Invalides, ouverte le 15 avril 1900 par la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest, qui fut construite par cette Compagnie à l’occasion de l’Exposition universelle de 1867. L92 - FM2
Sous les bureaux d’Air France, elle abrite le restaurant Chez Françoise, où bon nombre de nos édiles viennent retrouver des forces à l’heure du déjeuner (nous sommes dans le quartier des ministères et à deux pas de l’Assemblée Nationale…) et c’est le lieu choisi de notre rendez-vous pour nos agapes.
Après quelques flottements (dus à la direction de l’établissement), après une entrée en matière apéritive qui nous permet d’accueillir nos invités dans le brouhaha des convives, nous rejoignons au calme le salon des Premiers ministres, où sous leurs regards portraiturés, nous allons honorer quelques beaux flacons aux multiples facettes.
Sélectionnés par Mark Watt, Directeur de Cadenheads, qui nous a fait le plaisir d’être parmi nous pour cette soirée, dévoilés, commentés, admirés, et enfin dégustés, un choix éclectique de très belles et vénérables eaux de vie, va ponctuer notre dîner. Continuer la lecture

Les mondes parallèles CIGARES & RHUMS par Marc Goubert

« Rhum, Rumba, cigare et chocolat  …

CIGARES TONNEAU (2)

ce que recommandent les neurologues pour vivre mieux et plus longtemps ». Non, ce n’est pas une chanson cubaine, mais le titre d’un colloque médical donné en décembre 2013 aux très sérieux HUG (Hôpitaux Universitaires de Genève) par un non moins sérieux chef de clinique. Maintenant que nous avons la bénédiction de la Faculté – fut-elle Suisse – nous pouvons avec bonne conscience nous adonner à notre passion : la dégustation d’un cigare et d’un rhum. Continuer la lecture

Voyage en whiskiland ou le Marathon des distilleries

Pendant que certains se dessèchent au marathon des sables, nous nous envolons pour l’Ecosse et notre première participation au Marathon des Distilleries. Membres du clan depuis peu, nous sommes de véritables néophytes.

Après une matinée à Edinburgh afin de nous familiariser avec la planète Whisky et l’acquisition d’une cornemuse (que Gil aura beaucoup de mal à apprivoiser !). Un déjeuner avec une première partie des participants et nous retrouvons le bus et son chauffeur Mark, qui révèlera son excellente habitude à gérer cette équipe indisciplinée.

Nous y sommes chaleureusement accueillis par les ch’tis, compétiteurs surentrainés, pour ne pas dire survitaminés, mais qui ne vont pas tarder à perdre le monopole des mauvais jeux de mots! Continuer la lecture

Welcome aux trois français ….

Les poètes

Welcome aux trois français au Clan des écossais

Haro à tous ceux qui avaient voulu penser :

Ils n’en avaient pas le goût, leur palais étranger

Sirotent seulement des nectars dénudés

Knockando mis à part ou autre Macallan !

Y croire est une erreur car jamais il ne crânent …

Dégustation du 5 Décembre 2013

 

 

Cigares & Spiritueux … deux mondes parallèles

cigares

Les MATHEMATICIENS , dans leur grande sagesse, affirment que les parallèles se rejoignent à l’infini. Rassurez-vous, je ne suis pas sage, et je n’ai pas attendu d’atteindre l’infini pour allier la dégustation d’un malt ou d’un rhum et d’une vitole.

Ces mondes parallèles se rejoignent dans leurs vocabulaires, leurs traditions, leurs dégustations, leurs terroirs…

Terroirs, le mot est lâché. S’il est courant de parler de terroirs pour un cigare – le terroir désignant couramment un pays ou une région d’un pays -, les amateurs de whisky sont plus frileux pour utiliser ce vocable. L’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité) définit le terroir comme étant « un espace géographique limité dans lequel une communauté humaine construit au cours de son histoire un savoir-faire collectif, fondé sur un système d’interactions entre un milieu physique et biologique et un ensemble de facteurs humains ». Les itinéraires techniques ainsi mis en jeu révèlent une originalité, confèrent une typicité et aboutissent à une réputation pour un produit originaire de cet espace. On ne demande pas grand-chose à un cigare, pas plus qu’à un whisky, sinon qu’il nous plaise. C’est pour cette raison qu’il n’existe pas de « meilleur cigare », de « meilleur whisky », comme il n’existe pas de « meilleur vin ». Tout est question de goût, d’humeur, d’affinités, de temps à consacrer à la dégustation ainsi que des conditions dans lesquelles s’opèrent cette dégustation. Seul, après une promenade en campagne, ou pendant la retransmission d’un match de rugby ; ou mieux, entre amis, devant un feu de cheminée, car la notion de plaisir n’est jamais très éloignée de la notion de partage. Il en est des alliances entre le cigare et les spiritueux comme des mariages entre un homme et une femme : tantôt douces, sensuelles, explosives, voire  plus si affinités… Continuer la lecture

Fête du Malt : exercice de mémoire

Georges PEREC publie en 1978  « Je me souviens ».
D’émouvants détails que l’on croit sur le moment sans importance, des bribes qui par fragments reconstituent l’histoire de sa vie. Aussi, dans quelque temps, pourrait-on dire à propos de cette soirée d’octobre 2013, « Je me souviens ».
De GlenDronach sortie de son sommeil, de Colbert de Villacerf ministre de Louis XIV, de son hôtel particulier si près, à toucher le château de Versailles.  Continuer la lecture

TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR SUR LE CLAN SANS JAMAIS OSER LE DEMANDER …

Bien sûr  il y a la lettre, incomparable, attendue, toujours renouvelée, pour nous faire rêver dans ce monde de brut, avec sa sélection, ses commentaires, son édito. « Mais je lis… et puis j’oublie », comme il fut dit récemment.

 Aujourd’hui, une question ? La réponse est immédiate sur le nouveau site : www.grandsmalts.fr … là, tout sur tout ! Tous les éditos, toutes les actualités du Clan et celles du whisky, avec les contributions de T. Terrain et JM Danquigny, on a envie de tout relire ! tout sur les distilleries, dont la liste s’allonge sous la plume experte de G. Delos, qui nous raconte en détail leur histoire.

site1

Le whisky réserve parfois des surprises

Près de l’Étoile, dans le quartier Monceau, l’École hôtelière Médéric nous reçoit une
nouvelle fois pour notre dégustation du 4 septembre. Tout d’abord atelier de fonderie
et de chaudronnerie, c’est là que le sculpteur Bartholdi monta entièrement la Statue de la Liberté.
En 1884, elle dominait de ses quarante-six mètres les immeubles du voisinage.

ecole-mederic
Ce bâtiment aux allures de grand paquebot, abrite une prestigieuse école préparant aux métiers de la table : barman, sommelier, cuisinier et bien évidemment le service en salle.
Dans ce lieu une escouade de jeunes gens en noir et blanc, sourire aux lèvres, mains derrière le dos, sans qu’un cheveu ne dépasse, uniforme oblige, nous accueille gentiment. Nous dégustons les deux premiers whiskies de la soirée, un Glenburgie et un Arran : les commentaires me font plus rêver que les breuvages. Continuer la lecture

Pascal Dutarte, un ami qui nous voulait du bien

Lassés parfois de traverser toute l’Ile de France pour nous rejoindre et partager nos agapes,
nos amis autour de Cergy Pontoise dénichèrent il y a quelques années un sympathique endroit
où se réunir, pour honorer le dieu whisky sans oublier les plaisirs de la table.
Ce fut d’abord Au Petit Gris, dans Saint-Ouenl’Aumône, que nous fîmes la connaissance de Pascal.
Habile artisan, perfectionniste, chaleureux, amical, les soirées du Clan devinrent rapidement,
sous sa houlette et celle des talentueux animateurs du Clan, un rendez-vous incontournable pour
nos amis. Soucieux de se développer, Pascal prit il y a quelques temps sa canne et son chapeau pour s’installer à Génicourt et son restaurant l’Arrêt fut naturellement la prochaine étape du Clan. Et pendant de nombreuses années, le seul mot d’ordre fut : Génicourt on y vient, on y court, pour déguster les cassolettes de petits gris ou participer aux dîners « tout chocolat » en début d’année !! Bref pour tout ces moments mémorables, merci Pascal, et que des vents favorables te portent vers tes nouveaux projets.
Prenant le relais, Cyril Gautier est le nouveau restaurateur de l’Arrêt, et souhaite maintenir l’accueil
et la qualité qui a fait sa réputation. Ne doutons pas de sa réussite. À bientôt.

Gérard TRENTESAUX

Un jour de mai au bois rouge

Dégustation au Restaurant Le Bois rouge dans le Xe arrondissement de Paris

D’abord l’approche, le quartier animé, beaucoup de monde dans les rues, beaucoup d’échoppes de coiffeurs africains pleines à craquer, de longues files de filles qui attendent leurs tresses, il faut dire aussi que la rue de la Fidélité n’est pas loin de la rue de Paradis, alors forcément, on se presse…

degustation-bois-rouge degustation-bois-rouge2

 

 

 

 

Élisabeth, notre hôtesse nous accueille avec sa gentillesse habituelle à l’orée du Bois Rouge. Nous aussi, nous sommes nombreux à attendre le début de la dégustation, après avoir tourné et retourné les bouteilles que nous allons respirer, humer, puis déguster.
Le Port Charlotte, tourbe élégante, agréablement poivré, accompagne notre entrée, puis le Springbank, précédé par sa réputation mais qui décevra certains et ravira d’autres par ses notes fruitées très marquées pomme de par sa finition en fût de calvados !
Le tiramisu fait une belle alliance avec le Linkwood, puissant et poivré, la goutte d’eau n’était pas de trop pour mieux en révéler les arômes. Marie- Hélène nous fait partager sa culture du Glengoyne et évoque la lenteur de sa distillation, le malt et les fruits qu’il développe en bouche nous font oublier qu’il va falloir affronter la rue et ses trottoirs pleins de monde.
Les terrasses affichent complet, malgré l’heure tardive, tout a un petit air de soir d’été… mais plus que cette prose, quelques photos suggéreront la chaleureuse ambiance du Bois Rouge, ce soir là !

Nicole LOISEAU

Une assemblée amicale et chaleureuse

Chers amis,
L’assemblée générale annuelle nous a réunis à Génicourt ce samedi soir 06 avril 2013.
L’Histoire nous apprend l’origine de Génicourt, du germain Gising et du latin Cortem, « qui engendre peu ». Il est vrai que la population de Génicourt est stable depuis même la rattachement avec Gérocourt en 1840 : Resserré entre le territoire d’Osny au sud et celui d’Epiais – Rhus au nord proche de Pontoise et Cergy ville nouvelle.

assemblee-generale-clan assemblee-generale-clan2
Pascal, notre restaurateur, nous accueille à l’Arrêt dans une salle à l’étage vers 18 heures pour traiter des différents sujets concernant la vie du clan. Le quitus est donné à l’unanimité ainsi qu’à la réalisation d’autres résolutions apportant modification des fonctions de certains administrateurs. Marie-Hélène devient présidente, Maryline trésorière principale et Gérard président d’honneur.
20 h 30 sonne, 42 personnes s’approchent des saintes tables dans la grande salle de restauration au rez-de-chaussée.
Notre ancien président a laissé libre court au chef de cuisine et son équipe pour agrémenter la dégustation de whiskies apportés par Benoît. M. Dugas notre fournisseur de breuvage nous quitte devant rallier la Martinique sous 24 heures pour rechercher de nouveaux rhums.
Serge et Bruno, nos serveurs à la main épaisse, préparent les bouteilles de la soirée. Gilbert Delos, journaliste spécialiste en bières et whiskies, assure le commentaire. En apéritif, un Island classique de DDL accompagné de petits fours. L’entrée un pressé de foie gras au magret fumé avec le Black Bull blend de luxe. Un tournedos sauce périgourdine et sa garniture, arrosé du Glen Elgin bien équilibré.
Des amis demandent à réserver certains whiskies. Une assiette de fromages avec l’Ardbeg Galilleo
pour quitter le rêve et revenir sur terre. A Génicourt, le repas se termine façon chocolat : un moelleux servi avec le Glenmorangie respecte la tradition, et un café pour clore cette excellente,
amicale et chaleureuse soirée. L’Histoire relate que la ferme de Gérocourt possédait sa distillerie et transformait les betteraves en alcool, sans doute la raison pour laquelle Génicourt est le relais le plus important du clan des grands malts. Je termine en pensant à Rabelais : Beuvez toujours
vous ne meurrez jamais. Je préfère le whisky d’ici que l’au-delà.
Votre ami JPC

Soirée Portes ouvertes

Très souvent, lorsque l’on quitte une organisation, on se retourne pour vérifier que l’édifice que l’on quitte ne s’écroule pas du fait de notre départ.

Vous vous demandez ou je vais avec ces suppositions ? Eh bien, nous en sommes à la conclusion : j’ai du pour raison de santé réduire mon  activité au sein du Clan. Et quand je me retourne, je constate que rien ne s’écroule, bien au  contraire.
Par exemple, les « portes ouvertes » J’ai assisté le 6 décembre dernier à une soirée  exceptionnelle. Il est vrai que tout le monde s’y était mis : Gérard à l’organisation générale, et à l’animation ; FXD avec le Pata Negra, le meilleur jambon du monde : un guijuelo (de Salamanque) qui nous a accompagné pendant pratiquement toute la soirée découpé en virutas (copeaux) selon les règles de l’art. En face de cet atelier s’en tenait un autre dont nous avons aussi pu apprécier l’art : Mlle Christina Monaco, gagnante du concours « challenge France Angostura, » Meilleure «  barmaid » de l’année, qui nous à permis d’échapper à la « dictature » du whisky FXD n’a  pratiquement pas dépasser ce bar à cocktail volontairement ou pas- lui seul peut répondre.

A propos de whisky, il ne faut pas oublier que c’était tout de même l’objet de la soirée, Marie- Hélène et Maryline encaissaient à tour de bras participations à la soirée et renouvellement d’adhésion… Il y avait donc un bar à whisky, tenu par deux vétérans qui étaient très difficiles à aborder tellement ils étaient absorbés par leur service (et non tellement ils avaient absorbé, et bien qu’ils exsudassent comme en plein été). Ils avaient dix whiskies à servir, mais aussi 80 clients : un Clynelish 15 ans, un Sprigbank 15 ans, un Glenrothes 2000, un Bunnahabhain 1997, un Glencadam 15 ans, un Bruichladdich X 4+3, un Ardbeg 14 ans, un Glengoyne 12 ans, un Dalemore 15 ans, un Berinnes 15 ans, un Bruichladdich Bere Barley 20006.
Parallèlement, un autre bar s’était ouvert discrètement : un bar à hors d’oeuvre et à viandes froides pris en main par Pascal Dutarte et sa bande, ils étaitent au moins 6. (merci à eux)et difficiles à identifier mais très efficaces, sous l’oeil vigilant de Pascal.

Puis vint le moment du dessert : des flans et des clafoutis (excellents, ni trop lourds, ni pâteux, presque rafraichissants) entre autres Finalement, tout le monde semblait content, heureux,
comme il sied à une soirée du Clan. J’ai oublié de demander aux deux intéressés s’ils estimaient
avoir fait une bonne soirée : il s’agissait évidemment de Benoit et de Nadine qui s’occupaient des ventes de produits du Clan. Car il y a un « mais » Un bémol toutefois et pas des moindres : c’est une
soirée qui a coûté de l’argent au clan au lieu d’en rapporter.

 
C. PENNEQUIN

Fête nationale écossaise au Bar Belge

Une dégustation très éclectique pour cette soirée, nous passons d’une petite île (Skye), au Speyside, puis les Highlands du nord, pour terminer sur Islay.

fete-nationale-ecossaise
En attendant le maître de cérémonie nous avons commencé la dégustation par Le Poit Dhubh de 21 ans, ce whisky, conçu et élaboré par Sir Ian Noble sur l’île de Skye, est un blend pur malt à base de Talisker. Les participants ne l’ont pas trouvé très équilibré et de plus très alcooleux ; peut-être ne se mariait-il pas bien avec le Cock-a-Leekie (potage au poulet et poireaux).
La soirée Robert Burns commença par le « Bénédicité » puis suivirent quelques blagues  écossaises. Nous avons alors attaqué le grand cérémonial et la parade du Haggis, ainsi que le Ardmore 10 ans – seul Speyside tourbé -, cette distillerie n’utilise que des fûts de premier remplissage. Ce whisky aromatique, tourbé mais pas trop, plutôt amer, herbacé s’est bien entendu avec le plat très épicé.

Puis vint l’apologie de Robert Burns poète paysan, symbole de l’Ecosse qui écrivit des poèmes et des chansons populaires, son oeuvre fut inspirée de la vie à la campagne, de la nature et de la culture populaire. Il est l’auteur de « ce n’est qu’un au revoir mes frères ».
Le Dalmore pour sa finesse associée à une belle structure fut choisi pour le dessert, il se maria très bien avec le Cranachan (dessert au yaourt avec flocons d’avoine, framboises et whisky).
Tout en écoutant quelques poèmes de Burns, nous pûmes déguster le PC 10, élaboré par Bruichladdich depuis 2001, une partie de ce whisky est commercialisé tous les ans, c’est ici la dixième année. Très tourbé, végétal, avec beaucoup de persistance, il nous permit de finir agréablement cette soirée.