Archives

Les nouveautés – TOMATIN

« Mariage entre la tourbe et le vin »

Ce fut la plus grande distillerie d’Ecosse, avec vingt-trois alambics, mais 12 seulement sont aujourd’hui opérationnels et une capacité de production ayant atteint 12 millions de litres par an, pour 5 millions seulement actuellement. Mais elle a connu beaucoup de vicissitudes, au point d’être rachetée en 1985 par ses principaux clients… des négociants japonais, qui depuis l’exploitent sans discontinuer. Elle a produit jusqu’à 30 malts différents…

Ambré clair. Chaleureux au nez, sur le caramel au beurre, le bois de santal, les champignons de forêt, avec de belles notes épicées. Attaque plutôt vive en bouche, sur le poivre noir, puis se développe un fruité caramélisé (pomme cuite). Belle ampleur en bouche, avec de la suavité, mais aussi du fruit sec (raisins de corinthe, noisette). Classique, mais bien harmonieux, voire charmeur.

Les nouveautés – ROZELIEURES

« Puissant et suave à la fois »

Existant depuis 1860, la distillerie Grallet se trouve à Rozelieures, au sud de la Meurthe-et-Moselle. Il y a quelques années, Hubert Grallet, le distillateur, a eu l’idée de s’associer avec Christophe Dupic, cultivateur de céréales, pour élaborer le premier whisky lorrain, à partir d’une eau de grande qualité provenant des sources vosgiennes. Reprenant les techniques écossaises, Rozelieures propose plusieurs whiskies différents, avec un intérêt particulier pour les finitions.

Ambré légèrement orangé. Plutôt discret, le nez développe des notes animales, puis légèrement fruitées. Plutôt brûlant à l’attaque, malgré la réduction, il devient vite moelleux, avec une belle puissance assez suave. Le caractère malté s’accompagne alors de poivre noir, de piment doux, mais aussi de pommes cuites un peu caramélisées. Belle harmonie d’ensemble jusqu’à la finale. Il y a quelques Speyside qui devraient se méfier d’un tel résultat…

La sélection – Bårelegs higland single malt

« Un Highland finement tourbé »

Donald MacKenzie (ambassadeur whisky chez Dugas) et son ami d’enfance Mackay Smith ont créé leur société d’embouteilleurs indépendants en lançant deux blended malts sous la marque Flatnöse. Puis ont suivi un premier Bårelegs, single malt bien tourbé provenant d’Islay (leur île natale), et maintenant ce single malt provenant des Highland. Tous leurs whiskies sont  embouteillés sans filtration à froid.

Jaune vif. Nez original, animal et un peu fumé, puis développe du fruité. En bouche, la tourbe se développe rapidement, mais sans dominer les notes de fruits jaunes et de fruits secs. Puissant, avec de l’ampleur, il est très équilibré, avec des notes gourmandes. Si la finale est légèrement astringente, la tourbe revient agréablement sur la persistance, avec de fines notes fumées.

La sélection – MC Peat

« Tourbé… juste ce qu’il faut »

Appartenant à un des plus anciens clans d’Ecosse qui lui a donné son premier roi, Anthony McCallum a d’abord vécu en France avant d’aller se former au whisky en Ecosse sous la direction des meilleurs spécialistes. Après plus de 20 ans passés à travailler pour des négociants, il a créé sa propre société d’embouteillage, House of McCallum, développant une gamme de malts très typés comme il les aime.

Jaune pâle. Au nez, le tourbé se développe d’entrée, mais assez léger, plus végétal que phénolique. En bouche, plus gras à l’attaque, devient plus puissant voire brûlant. La tourbe du nez reste présente jusqu’à la finale, accompagnée de notes fruitées (poire) puis poivrées. Légère persistance tourbée.

La sélection – MC of the isles

« Sec, voire minéral »

Appartenant à un des plus anciens clans d’Ecosse qui lui a donné son premier roi, Anthony McCallum a d’abord vécu en France avant d’aller se former au whisky en Ecosse sous la direction des meilleurs spécialistes. Après plus de 20 ans passés à travailler pour des négociants, il a créé sa propre société d’embouteillage, House of McCallum, développant une gamme de malts très typés comme il les aime.

Jaune très pâle. Nez fl oral, mais aussi sur la pomme mûre et la guimauve. Attaque épicée, voire brûlante malgré la réduction. Très sec de corps, presque minéral, il est peu aromatique, avec surtout des notes de poivre noir. De la puissance jusqu’à la finale, où les céréales se font surtout sentir sur une persistance assez courte.

GLASGOW 1770

« Puissant et épicé »

Fondée en 2012 avec des investisseurs asiatiques, cette nouvelle distillerie de Glasgow renoue avec un passé plus que centenaire, la dernière distillerie de ce type dans la grande ville d’Ecosse ayant fermé en 1902. Après un gin, ce single malt, baptisé 1770 (date de la création de la première distillerie connue de la ville), a maturé dans des fûts de bourbon, puis a été affiné dans des fûts de chêne neuf. Lancées en juin 2018, les 5 000 premières bouteilles de 50 cl ont été rapidement vendues.

Ambré un peu doré. Nez doux, plutôt sucré. Attaque généreuse, avec un corps sec, plutôt fruité (prune rouge, pomme cuite) mais aussi épicé sur le poivre noir. Puissant et vif malgré la réduction, il offre aussi des notes de tabac blond, mais sa persistance est un peu courte.

Tomatin 14 ans

« Un charme bien enrobé »

Ce fut la plus grande distillerie d’Ecosse, avec vingt-trois alambics, mais 12 seulement sont aujourd’hui opérationnels et une capacité de production ayant atteint 12 millions de litres par an, pour 5 millions seulement actuellement. Mais elle a connu beaucoup de vicissitudes, au point d’être rachetée en 1985 par ses principaux clients… des négociants japonais, qui depuis l’exploitent sans discontinuer. Elle a produit jusqu’à 30 malts différents…

Ambré léger. Nez sur la levure de panification, puis fruité, voire un peu vineux. Attaque assez vive, puis dominante céréalière, avec du caramel au beurre, et relevés par quelques notes épicées (poivre noir). Une certaine douceur plutôt vineuse enrobe le tout, le rendant un peu charmeur. Finale assez sèche, voire un peu âpre.

La sélection … Teeling – Small batch collaboration

« De la douceur venue des îles »

Avec un ancêtre créateur d’une distillerie en 1782 à Dublin, et fi ls de John Teeling, qui a fondé Cooley en 1987, Jack et Stephen Teeling ont de qui tenir. D’abord embouteilleurs indépendants, ils proposent des assemblages (à partir des stocks de Cooley) très différents du style irlandais classique, plutôt doux et moelleux. En mars 2015, ils ont ouvert leur propre distillerie à Dublin.

Doré. Nez doux et moelleux, peu marqué. De la rondeur à l’attaque, plus puissant ensuite. Dominante sur le malt et le caramel, un peu de pomme cuite, sur un corps assez net. Notes de rhum sur la finale, qui enrobent l’ensemble aromatique. La douceur générale s’appuie sur une structure bien charpentée et plutôt chaleureuse.

Springbank

« Si jeune et déjà… Springbank » ! »

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient  à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Doré légèrement soutenu. Au nez, la tourbe se développe plus lentement, et demande un peu d’aération pour prendre de l’ampleur, s’accompagnant de notes beurrées et fruitées. En  bouche, c’est d’abord la vivacité de l’alcool qui s’impose, et la tourbe se fait plus discrète, davantage fondue dans une douceur aromatique sur la brioche, l’herbacé, la poire et la prune jaune, la vanille avec des épices (gingembre, poivre noir). Malgré sa jeunesse, un Springbank déjà bien complet et harmonieux.

Hazelburn 9 ans

« Puissant… peut-être un peu trop ? »

Une ancienne distillerie de Campbeltown (1836-1925) a donné son nom à ce single malt distillé pour la première fois en 1996 par les Mitchell, toujours dans les mêmes alambics que Springbank et Longrow. L’idée était de refaire un malt comme dans les Lowlands, en utilisant un orge malté non tourbé, et en pratiquant une triple distillation. Ce malt est produit en faible quantité.

Doré un peu soutenu. Nez assez doux (surtout pour le degré), devenant plus puissant à l’aération, avec des notes fruitées (prune jaune) et biscuit au beurre. Attaque vive voire un peu brûlante. On retrouve ensuite la dominante fruitée avec beaucoup de piquant (poivre, piment) et un peu d’épices. Mais la puissance alcoolique atténue un peu trop toute la finesse aromatique des Hazelburn réduits.