Archives

Notre coup de coeur – GLASGOW – 1770 (2ème) – Edition 2019

« Vraiment classieux » … 

Fondée en 2012 avec des investisseurs asiatiques, cette nouvelle distillerie de Glasgow renoue avec un passé plus que centenaire, la dernière distillerie de ce type dans la grande ville d’Ecosse ayant fermé en 1902. Après un gin, a été lancée une gamme de single malts, baptisée 1770,  date de la création de la première distillerie connue de la ville, dans un packaging très soigné.

Jaune légèrement doré. Nez puissant (malgré la réduction) avec un beau fruité. Moelleux dès l’attaque, il est bien fruité (fruits jaunes, un peu de raisins secs) mais évolue sur un corps plus sec et bien apéritif. Beaucoup d’ampleur en bouche, sur un ensemble aromatique bien fondu ayant de la classe. Une élégance à la fois puissante et d’une grande finesse.

Les nouveautés – GLASGOW – 1770 (2ème édition 2019)

« Vraiment classieux » …

Fondée en 2012 avec des investisseurs asiatiques, cette nouvelle distillerie de Glasgow renoue avec un passé plus que centenaire, la dernière distillerie de ce type dans la grande ville d’Ecosse ayant fermé en 1902. Après un gin, a été lancée une gamme de single malts, baptisée 1770, date de la création de la première distillerie connue de la ville, dans un packaging très soigné.

Jaune légèrement doré. Nez puissant (malgré la réduction) avec un beau fruité. Moelleux dès l’attaque, il est bien fruité (fruits jaunes, un peu de raisins secs) mais évolue sur un corps plus sec et bien apéritif. Beaucoup d’ampleur en bouche, sur un ensemble aromatique bien fondu ayant de la classe. Une élégance à la fois puissante et d’une grande finesse.

Nos sélections – BLADNOCH ADELA

« Toute la chaleur de l’oloroso » …

Fondée en 1814 tout au sud de l’Ecosse, dans les Lowlands, cette ferme-distillerie possédant beaucoup de charme a été de nombreuses fois fermée puis réouverte au long de son histoire. La dernière fermeture, en 1993, a failli lui être fatale, même si elle avait été aménagée en centre de visite, mais un Irlandais à la recherche d’une maison de campagne en est tombé amoureux et a décidé de relancer la production depuis 1999. Menacée de fermeture, elle a été reprise en 2015 par l’australien David Prior, qui a relancé la production deux ans après avoir rénové
en grande partie la distillerie.

Ambré. Nez puissant, sur les fruits sur-mûris, le bois de santal et la cire d’abeille. Attaque franche, un peu brûlante, puis le malt s’épanouit sur de belles notes fruitées, liquoreuses avec une pointe d’épice et de poivre noir. Ample et d’une belle longueur, il est très chaleureux jusqu’à la finale, avec beaucoup de persistance sur le boisé et la vanille.

BLADNOCH SAMSARA

« Promesse d’avenir » …

Fondée en 1814 tout au sud de l’Ecosse, dans les Lowlands, cette ferme-distillerie possédant beaucoup de charme a été de nombreuses fois fermée puis réouverte au long de son histoire. La dernière fermeture, en 1993, a failli lui être fatale, même si elle avait été aménagée en centre de visite, mais un Irlandais à la recherche d’une maison de campagne en est tombé amoureux et a décidé de relancer la production depuis 1999. Menacée de fermeture, elle a trouvé un repreneur australien en 2015, qui a relancé la production deux ans après Jaune légèrement doré.

Nez assez discret, sur les céréales avec traces de fruits rouges. L’attaque est bien plus puissante, voire brûlante, puis le corps bien sec combine une base maltée avec un apport plus vineux, voire tannique. L’ensemble est très harmonieux, puissant sans être agressif, le vineux apportant beaucoup de douceur fruitée. Portant un nom signifiant « renaissance », il est gage d’avenir pour cette distillerie, au moins espérons-le.

BLADNOCH

« Sec mais fruité » …

Fondée en 1814 tout au sud de l’Ecosse, dans les Lowlands, cette ferme-distillerie possédant beaucoup de charme a été de nombreuses fois fermée puis réouverte au long de son histoire. La dernière fermeture, en 1993, a failli lui être fatale, même si elle avait été aménagée en centre de visite, mais un Irlandais à la recherche d’une maison de campagne en est tombé amoureux et a décidé de relancer la production depuis 1999. Menacée à nouveau de fermeture, elle a trouvé un repreneur australien en 2015, qui a relancé la production deux ans après.

Ambré légèrement orangé. Nez puissant, sur les céréales bien mûres, se développant ensuite sur le liquoreux avec des notes animales. Plutôt sec à l’attaque, le fruité s’installe ensuite, sur la pomme cuite, avec quelques notes poivrées. Longue persistance sur le fruité. Une finition en fût de xérès ou de vin a sans doute apporté plus de richesse aromatique.

DEANSTON

« Atypique mais réussi »

Relativement récente, cette distillerie des Highlands ouverte en 1965 doit sa création à la qualité de l’eau de la rivière Teith… et à la présence des grands ateliers d’une ancienne filature de coton. Elle est située à Doune, à peu de distance de la ligne séparant les Highlands des Lowlands. Produisant essentiellement pour les blenders, ses embouteillages officiels sont assez rares, mais aussi ceux des embouteilleurs indépendants.

Ambré soutenu, tirant sur le rouge foncé. Nez sec et puissant, aux notes animales et vineuses. Sec à l’attaque, voire brûlant, il se développe ensuite sur la céréale… et le vin rouge ! Assemblage atypique mais réussi, avec des notes poivrées et pimentées. Une curiosité à ne pas manquer.

BLADNOCH

« Joliment campagnard »

Fondée en 1814 tout au sud de l’Ecosse, dans les Lowlands, cette ferme-distillerie possédant beaucoup de charme a été de nombreuses fois fermée puis réouverte au long de son histoire. La dernière fermeture, en 1993, a failli lui être fatale, même si elle avait été aménagée en centre
de visite, mais un Irlandais à la recherche d’une maison de campagne en est tombé amoureux et a décidé de relancer la production depuis 1999. Menacée de fermeture, elle a trouvé un repreneur australien en 2015, qui a relancé la production deux ans après.

Jaune d’or. Nez discret, légèrement fl oral puis se développant sur le miel d’acacia. Plutôt relevé à l’attaque (poivre noir, épices), il se développe sur un corps moelleux et chaleureux, à la fois céréalier et miellé. La finale est plus sèche, avec une pointe d’astringence, et une puissance florale qui persiste longuement. Apéritif avant tout, il peut aussi conclure une journée de balade à la campagne.

GLENGOYNE

« La force du fût »

Cette distillerie fondée en 1833 présente la particularité d’être géographiquement dans les Lowlands, mais d’avoir été rattachée aux Highlands depuis une trentaine d’années, car l’eau qu’elle utilise en provient directement. En outre, sa typicité n’a rien à voir avec les malts herbacés et fl oraux des Lowlands. Une des spécificités de la distillerie est d’utiliser différents xérès pour le vieillissement de ses malts. Par ailleurs, une distillation particulièrement lente (3 litres à la minute) donne un style particulier au malt.

Jaune doré. Nez bien malté, avec de la puissance épicée. Attaque vive, un peu brûlante, puis il devient plus rond, sur le caramel au beurre et l’orge malté. Il devient ensuite plus sec, marqué par le boisé du fût. Pomme cuite au caramel, cumin et un peu de raisins de Corinthe enrichissent sa puissance aromatique. Finale riche avec une longue persistance maltée. Toute la force du fût sans fioritures…

BLADNOCH

« Sec mais fruité » …

Fondée en 1814 tout au sud de l’Ecosse, dans les Lowlands, cette ferme-distillerie possédant beaucoup de charme a été de nombreuses fois fermée puis ré-ouverte au long de son histoire. La dernière fermeture, en 1993, a failli lui être fatale, même si elle avait été aménagée en centre
de visite, mais un Irlandais à la recherche d’une maison de campagne en est tombé amoureux et a décidé de relancer la production depuis 1999. Menacée à nouveau de fermeture, elle a trouvé un repreneur australien en 2015, qui a relancé la production deux ans après.

Ambré légèrement orangé. Nez puissant, sur les céréales bien mûres, se développant ensuite sur le liquoreux avec des notes animales. Plutôt sec à l’attaque, le fruité s’installe ensuite, sur la pomme cuite, avec quelques notes poivrées. Longue persistance sur le fruité. Sans doute une finition en fût de xérès ou de vin a apporté plus de richesse aromatique.

HAZELBURN

« Un grand digestif très chaleureux » …

Une ancienne distillerie de Campbeltown (1836-1925) a donné son nom à ce single malt distillé pour la première fois en 1996 par les Mitchell, toujours dans les mêmes alambics que Springbank et Longrow. L’idée était de refaire un malt comme dans les Lowlands, en utilisant un  orge malté non tourbé, et en pratiquant une triple distillation. Ce malt est produit en faible quantité.

Ambré soutenu. Nez chaleureux, bien marqué par le xérès, avec un fruité puissant, sur le havane et le bois de santal. Attaque un peu brûlante, mais aussi une belle rondeur, sur la cire d’abeille. On retrouve le fruité bien mûr du nez (pomme cuite), avec un côté légèrement terreux
en arrière-plan. Long et puissant jusqu’à la finale, et bien au-delà. Un grand digestif …