Archives

La sélection … Kirin Signature

« Rond avec du caractère »

Important brasseur japonais, le groupe Kirin a ouvert la distillerie de Gotemba en 1972, au pied du mont Fuji, en s’associant avec Seagram et Chivas, puis en devient l’unique propriétaire par la suite. Tout est fait sur le même site, du brassage à l’embouteillage, les alambics produisant single malts et eaux-de-vie de grain. L’élevage est réalisé dans des fûts de 180 litres, plus petits que ceux de bourbon.

Doré soutenu. Nez fruité sur l’orange et la poire. Moelleux voire gourmand en bouche, mais relevé par quelques notes épicées, avec aussi du caramel au beurre et du biscuit tendre. Un blend rond, voire charnu, mais avec du caractère et une vraie personnalité. A découvrir…

Takinoka black

Une puissance rare …

La distillerie japonaise White Oak est historiquement la plus ancienne de l’archipel, ayant obtenu sa licence dès 1919. Mais elle a mis plusieurs décennies avant de commercialiser ses whiskies (notamment le single malt Akashi). Les installations actuelles remontent à 1984, et la production n’atteint pas les 50 000 litres par an. Tokinoka (le parfum du temps en japonais) est sa marque de blend, assemblage à l’écossaise d’eaux-de-vie de grain et de single malt.

Jaune doré. Nez puissant, un peu animal, caramélisé, fruits cuits. Bouche chaleureuse voire explosive, bien épicée et soyeuse. Dominante vanillée, avec de la prune rouge et de la pomme cuite. Un blend d’une puissance rare, et en même temps très fondu, avec une longue persistance sur le fruité et le caramel. Une belle découverte à ne pas manquer.

Yamazaki

Doux avec beaucoup de force

Fondée en 1924 par le groupe Suntory, c’est la plus ancienne distillerie de whisky du Japon, ayant bénéficié de l’expérience acquise en Ecosse par Matasaka Taketsuru. Située entre Kyoto et Osa-ka, elle se trouve dans une région montagneuse, avec un climat qui n’est pas sans rappelé les Hi-ghlands, et bénéficie d’une eau dont la pureté est reconnue depuis le 16èmc’ siècle. Equipée de douze alambics de forme et de contenance variées, la distillerie produit aujourd’hui des malts assez différenciés.

Jaune doré. Nez plutôt chaleureux, miellé, et des notes de fruits jaunes (pêche, coing) et un peu de cire d’abeille. Même chaleur en bouche dès l’attaque, mais sans excès. Bien charpenté sur une base maltée, il est onctueux, avec toujours le miel, les fruits jaunes, et quelques notes épicées plus évidentes en allant sur la finale : poivre gris, gingembre, coriandre et résine de pin. Très harmonieux, il possède aussi une belle force, qui se poursuit sur une longue persistance.

Karuizawa 17 ans

Une harmonieuse douceur

Ambré soutenu, reflets cuivrés. Nez chaleureux, fauve, bois de santal, caramel bien cuit, avec une pointe d’acidité (vinaigre de vin). Attaque moelleuse, enveloppante, puis se développe un caractère plus affirmé, sans perdre de sa douceur. Pommes cuites, pruneau, caramel, cacao amer se fondent dans une belle harmonie qui reste dominée par le malt cristal. Belle finale assez longue, toujours sur la douceur harmonieuse. Une belle version japonaise de la sérénité mais aussi moelleuse et d’une grande richesse aromatique.

Un peu d’eau est souhaitable pour atténuer la puissance de l’alcool. Il devient alors plus accessible, très harmonieux et d’une grande richesse aromatique. On retrouve tous les arômes du nez, avec aussi un peu de cannelle, du cuir neuf et beaucoup d’épices. Un peu de tourbe se fait même sentir sur la fin de bouche. Beaucoup de rondeur, mais aussi un vrai caractère jusqu’à la finale, plutôt tannique et sèche. Un savoir-faire parfaitement maîtrisé à tous les stades de l’élaboration.

Karuizawa

Guère différent d’un Speyside

Située dans une région montagneuse non loin du mont Fuji, Karuizawa est une des distilleries les plus méconnues du Japon, et certainement la plus petite. Dans cette région viticole réputée, ce sont d’ailleurs deux négociants en vin qui sont à l’origine de sa création, vers 1955, et longtemps, les blends puis les malts élaborés à Karuizawa étaient commercialisés sous la marque Sanraku Océan. Ils se caractérisent par l’emploi unique de la variété écossaise d’orge Golden Promise. Mais la distillation est en sommeil depuis bientôt dix ans (malgré quelques productions sporadiques), y compris après le rachat par Kirin en 2007.

Ambré clair. Nez d’abord fermé, puis s’ouvre lentement sur le fruité (pêche jaune), la cire d’abeille, et le caramel au beurre. Attaque vive, presque agressive, puis débouche sur un caractère plutôt moelleux, mais bien relevé par de belles notes épicées (poivre gris, gingembre). Finale avant tout sur le fruité (pomme jaune). Encore trop jeune pour s’épanouir vraiment, il ne se distingue guère d’un honnête Speyside. Un plus long vieillissement lui aurait sans doute davantage profité.