Archives

La sélection – BENRIACH

« Autant apéritif que digestif » …

Voisine de Longmorn, et construite un an après, en 1898, cette distillerie du Speyside n’a fonctionné  que quatre ans… avant d’être fermée pendant 65 ans ! Mais sa malterie a longtemps été en service. Rachetée par Seagram en 1978, elle a été ensuite agrandie en 1985. Devenue propriété de Pernod-Ricard en 2001, qui l’a mise en sommeil aussitôt, elle a été revendue en 2004 à un groupe sud-africain. Depuis, ses malts, longtemps réservés aux blends, ont été renouvelés avec des créations très intéressantes. Elle a été rachetée en 2016 par Brown Forman, qui poursuit la même stratégie de qualité.

jaune pâle. A l’aération, il se révèle puissamment malté, avec des notes légèrement animales. Chaleureux à l’attaque, voire un peu brûlant (degré oblige), il se développe avec un agréable moelleux sur la prune jaune et la poire mûre. Bien épicé (poivre noir), il se termine sur une finale plus sèche mais bien fruitée, avec des notes d’amandes et de raisins de Corinthe. Autant apéritif que digestif, c’est dire…

Benriach

Bien épicé pour l’apéritif …
Voisine de Longmorn, et construite un an après, en 1898, cette distillerie du Speyside n’a fonctionné que quatre ans… avant d’être fermée pendant 65 ans ! Mais sa malterie a longtemps été en service. Rachetée par Seagram en 1978, elle a été ensuite agrandie en 1985… puis mise en sommeil en 1999. Devenue propriété de Pernod-Ricard en 2001, elle a été revendue en 2004 à un groupe sudafricain. Depuis, ses malts, longtemps réservés aux blends, ont été renouvelés avec des créations très intéressantes. Et les aires de maltage doivent être remises en service !

Jaune pâle. Nez plutôt discret, à dominante végétale, tourbe (?) et foin. Attaque sur le fruité (pomme jaune, coing) avec quelques notes épicées. Le corps est moelleux, avec de l’ampleur, mais reste sec, ce qui le rend bien apéritif. Les épices (poivre noir surtout) se font davantage sentir sur la finale, et persistent assez longtemps en bouche, accompagnées par les notes fruitées.

Benriach Solstice

Bienvenu pour l’hiver

Voisine de Longmorn, et construite un an après en 1898, cette distillerie du Speyside n’a fonctionné que quatre ans… avant d’être fermée pendant 65 ans ! Mais sa malterie a longtemps été en service. Rachetée par Seagram en 1978, elle a été ensuite agrandie en 1985… puis mise en sommeil en 1999. Devenue propriété de Pernod-Ricard en 2001, elle a été revendue en 2004 à un groupe sud-africain. Depuis, ses malts, longtemps réservés aux blends, ont été renouvelés avec des créations très intéressantes. Solstice, comme son nom l’indique, a été commercialisée juste après le solstice d’hiver 2010.

Ambré médium, tirant sur le rouge orangé. Au nez, la tourbe végétale s’accompagne de notes de fruits rouges bien mûrs et d’un caractère animal. Plutôt moelleux à l’attaque, il prend vite une belle puissance, entre un tourbe surtout végétal et les notes fruitées du nez. La finale laisse développer un caractère plus épicé (poivre noir) sur un style plutôt sec. Malgré ce mariage un peu curieux entre tourbe et fruité, c’est un malt généreux, puissant et très réchauffant surtout pour les longues nuits d’hiver !

Benriach

Très fino, n’est-ce pas ?

Voisine de Longmorn, et construite un an après, en 1898, cette distillerie du Speyside n’a fonctionné que quatre ans… avant d’être fermée pendant 65 ans ! Mais sa malterie a longtemps été en service. Rachetée par Seagram en 1978, elle a été ensuite agrandie en 1985… puis mise en sommeil en 1999. Devenue propriété de Pernod-Ricard en 2001, elle a été revendue en 2004 à un groupe sud-africain. Rarement commercialisés, ses malts ont surtout servis à l’élaboration de blends.

Jaune pâle. Nez discret, avec quelques notes de céréales et de foin séché. Attaque sèche, puis se développe un puissant fruité (poire, pomme jaune), avec aussi une dominante épicée, poivre noir. La finale évolue vers une dominante tannique, toujours orienté vers un côté très sec, bien apéritif. Le fino n’est pas loin…