Archives

Craigellachie

Un automne dans les Highlands ,,,

Fondée en 1891 par le créateur de White Horse, Peter Mackie, cette distillerie a servi principalement à l’assemblage de ce blend, même si son embouteillage en single a commencé très tôt, quoiqu’en quantités limitées. Située au coeur du Speyside, non loin de Macallan, elle a été modernisée et agrandie en 1965. Elle appartient depuis 1998 au groupe Martini-Bacardi. Bouteille de sous- Ambré.
Nez fauve, sous-bois, pommes cuites. Attaque un peu brûlante, mais le corps se développe ensuite sur un bel ensemble d’arômes boisés et tanniques, avec beaucoup de fruité comme au nez, dans un registre de confiture. Mais il reste sec jusqu’à la finale, avec un peu d’astringence, l’ensemble des arômes étant bien fondu, Un males senteurs automnales.

Springbank

Épicé et moelleux à la fois

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presqu’à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Couleur ambré doré. Nez raffiné, où s’exprime bien la tourbe végétale caractéristique de Springbank, accompagnée par une légère douceur fruitée. D’abord moelleuse, l’attaque devient ensuite plus puissante, bien épicée par l’alcool. En bouche, la tourbe cède rapidement la place devant de fortes notes poivrées et fruitées, mais caractérisées aussi par un certain moelleux, sans doute apporté par le marsala (vin muté de Sicile). L’ensemble est toutefois harmonieux, avec une longue finale puissamment poivrée et légèrement astringente. Mais on peut préférer la V.O. …

As We Get It

Si jeune et déjà bien tourbé

Sous cette dénomination originale («Comme nous l’avons trouvé»), Ian Mac Leod propose régulièrement l’embouteillage d’un fût unique (single cask) soutiré sans la moindre manipulation : pas de réduction, pas de filtrage à froid, pas de colorant. Pur et naturel, peut-on dire. Tout repose bien évidemment sur le talent et le savoir-faire du maître de chais pour sélectionner un fût intéressant, sans défaut et d’une réelle qualité. Cette fois, son choix s’est porté sur un fût en provenance d’une distillerie d’Islay.

D’une couleur jaune pâle, il développe immédiatement au nez une dominante tourbée, plutôt phénolique, mais sans excès, ainsi que quelques notes florales (fleurs blanches). En bouche, l’attaque tourbée prend vite une ampleur étonnante, appuyée par un caractère sec et presque astringent. La tourbe est dominante et très concentrée, ne laissant guère de place à d’autres arômes, à part un peu de poivre noir en arrière-plan. La permanence tourbée accompagne tout au long une très longue finale, remarquable pour un malt aussi jeune. Les amateurs des single malt tourbés d’Islay ne pourront qu’être aux anges… »