Archives

GLASGOW 1770

« Puissant et épicé »

Fondée en 2012 avec des investisseurs asiatiques, cette nouvelle distillerie de Glasgow renoue avec un passé plus que centenaire, la dernière distillerie de ce type dans la grande ville d’Ecosse ayant fermé en 1902. Après un gin, ce single malt, baptisé 1770 (date de la création de la première distillerie connue de la ville), a maturé dans des fûts de bourbon, puis a été affiné dans des fûts de chêne neuf. Lancées en juin 2018, les 5 000 premières bouteilles de 50 cl ont été rapidement vendues.

Ambré un peu doré. Nez doux, plutôt sucré. Attaque généreuse, avec un corps sec, plutôt fruité (prune rouge, pomme cuite) mais aussi épicé sur le poivre noir. Puissant et vif malgré la réduction, il offre aussi des notes de tabac blond, mais sa persistance est un peu courte.

GLASGOW 1770

« Puissant et épicé »

Fondée en 2012 avec des investisseurs asiatiques, cette nouvelle distillerie de Glasgow renoue avec un passé plus que centenaire, la dernière distillerie de ce type dans la grande ville d’Ecosse ayant fermé en 1902. Après un gin, ce single malt, baptisé 1770 (date de la création de la première distillerie connue de la ville), a maturé dans des fûts de bourbon, puis a été affiné dans des fûts de chêne neuf. Lancées en juin 2018, les 5 000 premières bouteilles de 50 cl ont été rapidement vendues.

Ambré un peu doré. Nez doux, plutôt sucré. Attaque généreuse, avec un corps sec, plutôt fruité (prune rouge, pomme cuite) mais aussi épicé sur le poivre noir. Puissant et vif malgré la réduction, il offre aussi des notes de tabac blond, mais sa persistance est un peu courte.

La sélection – BALMENACH – 2005

« A l’apéritif, de toute évidence »

Cette distillerie au sud du Speyside date de 1825, fondée par James McGregor, célèbre distillateur clandestin. Mais ses malts resteront longtemps réservés aux blenders de DCL, qui en ont fait l’acquisition en 1930. Devenue propriété d’Inverhouse en 1997, ce groupe appartient
aujourd’ hui à une société thailandaise. Il n’y a pas de malt officiel, la commercialisation en single malt passant par les indépendants, notamment sous le nom Deerstalker.

Nez puissant, sur les céréales et la prune jaune. Très sec en attaque, voire brûlant (un peu d’eau est conseillé). En bouche, dominent les fruits secs (amande) et la poire William, puis évolution vers un peu d’astringence. Finale sèche mais chaleureuse, sur les fruits jaunes et l’amande. Apéritif, bien sûr, avec une longue persistance.

Girvan

« Fort en bouche… mais faible en arômes »

Construite en 1983 dans le sud de l’Ecosse, la distillerie Girvan a été voulue par William Grant &
Sons (Glenfi ddich) pour maîtriser ses approvisionnements en whisky de grain pour ses blends,
suite à un diff érend avec son fournisseur DCL. D’une capacité de 15 millions de litres par an, c’est une des plus importantes d’Ecosse. Sur le site, a existé une distillerie de malt, Ladyburn, de 1966 à 1975. Une autre, Ailsa Bay, également productrice de single malt, a été créée en 2008, et produit aujourd’hui 12 millions de litres par an, uniquement pour les blends du groupe Grant & Sons.

Jaune pâle. Nez assez léger, sur les céréales, un peu de fruits jaunes et des notes d’alcool. Très sec en bouche, avec beaucoup de puissance (degré oblige), on retrouve la dominante céréalière relevée par le poivre noir, le fruité du nez étant moins évident. Pour les amateur de puissance… faiblement aromatique !

Auchroisk

Non, ce n’est pas du gin !

Ouverte en 1974, cette distillerie moderne du Speyside a remporté plusieurs prix d’architecture. Se prononçant “Auth-rusk”, ce qui signifie “gué de la rivière rouge”, elle a un temps commercialisé ses malts sous l’appellation “The Singleton”, plus facile à prononcer. Possédant quatre paires d’alambics, elle utilise une eau particulièrement douce, et une partie du vieillissement est réalisée en fûts de xérès. Pratiquement incolore (!). Nez léger, un peu discret, se développant à l’aération sur des notes herbacées et minérales.

Attaque un peu ronde, puis plus sèche, avec une dominante poivrée et un peu épicée (genévrier). Corpulence maltée jusqu’à la finale, bien aromatique et d’une bonne persistance. Franchement original, surtout pour un Speyside.

Strathmill 1992

Bien vif malgré son bel âge  ….

Dans cet ancien moulin du Speyside, remontant à 1823, une distillerie a été créée en 1891, pour répondre à la forte demande de malts par les blenders. Ses propriétaires successifs (Gilbey, IDV et maintenant Diageo) n’ont pas cessé depuis de l’utiliser quasi-exclusivement dans ce but. Modernisée et fortement agrandie en 1969, la distillerie ne commercialise pratiquement pas ce malt, disponible uniquement (et en faibles quantités) chez les embouteilleurs indépendants.

Nez : Ananas, mangue, papaye et pointe de chocolat.
Bouche : Tomates cerises, noix de coco, chocolat et orange.
Finale : soupçon de fumé (commentaires de la distillerie).

Dailuaine 1996

Un grand classique du Speyside ...

Comme l’indique son nom gaëlique (« vallon verdoyant »), la distillerie est située dans un creux au bord de la rivière Spey. Créée en 1852 par William Mackenzie, elle a été peu de temps après reliée au réseau de chemins de fer, ce qui a beaucoup influé sur son développement. Ce fut la première distillerie du Speyside à être munie de la cheminée se terminant par une pagode, conçue par Charles Doig en 1889. Equipée de six alambics, et plusieurs fois modernisée, son malt a été réservé longtemps aux blenders (Johnnie Walker), et il est encore peu embouteillé en single.

Nez : Vanille, cardamone, sucre glace.
Bouche : sirupeux, tabac, légèrement mentholée, café moulu.
Finale : moelleuse, grasse et charnue (commentaires de la distillerie).

Macduff

Fruité, mais surtout poivré …

Créée en 1962 (ou en 1960 selon d’autres sources), cette distillerie des Highlands constitue un cas rare en Ecosse, car ses malts officiels portent le nom Glen Deveron, puis The Deveron, du nom de la petite rivière proche. Et l’appellation Macduff n’est utilisée que par les embouteilleurs indépendants. Les malts de la distillerie sont avant tout un constituant fondamental du blend William Lawson’s.

Jaune pâle. Nez sec, un peu léger, restant fermé à l’aération. Attaque puissante et bien épicée. Il se développe ensuite sur les fruits jaunes (prune, poire), avec un caractère moelleux qui ne fait pas oublier ses notes poivrées. Puissant jusqu’à la finale, il persiste assez longtemps en bouche grâce à sa petite astringence et ses notes fruitées.

Benriach

Bien épicé pour l’apéritif …
Voisine de Longmorn, et construite un an après, en 1898, cette distillerie du Speyside n’a fonctionné que quatre ans… avant d’être fermée pendant 65 ans ! Mais sa malterie a longtemps été en service. Rachetée par Seagram en 1978, elle a été ensuite agrandie en 1985… puis mise en sommeil en 1999. Devenue propriété de Pernod-Ricard en 2001, elle a été revendue en 2004 à un groupe sudafricain. Depuis, ses malts, longtemps réservés aux blends, ont été renouvelés avec des créations très intéressantes. Et les aires de maltage doivent être remises en service !

Jaune pâle. Nez plutôt discret, à dominante végétale, tourbe (?) et foin. Attaque sur le fruité (pomme jaune, coing) avec quelques notes épicées. Le corps est moelleux, avec de l’ampleur, mais reste sec, ce qui le rend bien apéritif. Les épices (poivre noir surtout) se font davantage sentir sur la finale, et persistent assez longtemps en bouche, accompagnées par les notes fruitées.

Clynelish

Rond mais épicé …
Cette distillerie des Highlands du Nord ne date que de 1967 et ne doit pas être confondu avec
Brora (fermée depuis 1983), beaucoup plus ancienne et située juste à côté, mais dont les malts
ont par le passé également porté le nom de Clynelish. Bâtie sur le modèle de Caol Ila, la distillerie élabore des malts essentiellement destinés aux blends (Johnnie Walker surtout).
D’ importants travaux doivent doubler la capacité d’ici un an.

Jaune clair. Nez malté sur le grain moissonné, assez moelleux. Attaque élégante par la puissance en alcool. Beaucoup de rondeur au palais, sur les fruits jaunes (prune surtout), mais un peu de poivre noir relève le tout. Très long et bien persistant pour ce classique qu’on pourrait prendre pour un Speyside…

Glen Spey

Rare et curieux …
Bien que fondée en 1880, et modernisée un peu moins d’un siècle plus tard, cette distillerie du
Speyside, dans la ville de Rothes, n’a jamais vraiment fait beaucoup parler d’elle. Il est vrai que ses malts sont depuis longtemps essentiellement utilisés pour élaborer le blend J&B, qui se réserve la quasi-totalité de la production, avec une capacité de 1,4 million de litres par an. Une rareté…

Très pâle, presque incolore. Nez végétal, un peu gras. Attaque à la fois moelleuse et très épicée. Le malt domine, faisant penser presque à un new spirit, c’est-à-dire l’eau-de-vie sortant de l’alambic, tant il n’y a pratiquement pas d’influences du fût. Le poivre gris domine, accompagné par l’âcreté du gingembre, jusqu’à la finale et au-delà. Une curiosité !

Ben Nevis

Vraiment apéritif

Portant le nom du plus haut sommet d’Ecosse (1 344 mètres), cette distillerie est doublement associée à Long John Macdonald, qui l’a créée en 1825, avant de donner son nom à la marque de blend bien connue. Après une certaine période d’instabilité, elle fut par la suite rachetée par la société… Long John Distillers, et enfin reprise en 1989 par les Japonais de Nikka, qui l’ont bien rénovée et commercialisent le malt davantage que par le passé. Ils utilisent aussi 1/3 du malt pour leurs propres blends.
Jaune clair. Nez frais, herbacé, un peu piquant. Attaque plutôt ronde, mais il devient vite acéré, voire agressif. La poire mûre domine ensuite, avec un peu de poivre noir qui relève l’ensemble. Très sec, avec une astringence tannique bien marquée sur la finale. Puissamment apéritif.

Royal Lochnagar

Une belle ampleur fruitée et poivrée

Fondée au départ en 1823, cette distillerie a été brûlée deux fois par des concurrents, avant de s’installer définitivement en 1845. Toute l’histoire de cette distillerie des Highlands orientales a été marquée par sa situation, à trois kilomètres du château de Balmoral, choisi par la reine Victoria comme résidence d’été à partir de 1848. Ce malt ayant eu l’honneur de lui plaire, la distillerie devint fournisseur officiel de la cour, d’où son adjectif de “Royal”. Elle a été fortement remaniée en 1963. Également très apprécié des blenders (Vat 69 surtout), il était le plus cher en Ecosse dans les années 1960.

Jaune soutenu. Discrète mais intéressante richesse du nez, avec beaucoup de fruité, du miel et un caractère plutôt épicé. Attaque moelleuse, chaleureuse, puis se développe avec l’alcool une belle puissance aromatique. On retrouve les constituants du nez, mais bien fondus, très harmonieux. Finale très épicée, poivre noir et gingembre, avec une belle astringence. Un bon malt d’après repas, malgré sa jeunesse.