Archives

Teeling

« L’apport du xérès »

Avec un ancêtre créateur d’une distillerie en 1782 à Dublin, et fi ls de John Teeling, qui a fondé Cooley en 1987, Jack et Stephen Teeling ont de qui tenir. D’abord embouteilleurs indépendants, ils proposent des assemblages (à partir des stocks de Cooley) très diff érents du style irlandais doux et moelleux. En mars 2015, ils ont ouvert leur propre distillerie à Dublin. Les séries limitées Brabazon rendent hommage au comte du même nom qui, au 18ème siècle, facilita le commerce à Dublin, notamment celui de distillateurs comme les Teeling.

Jaune doré. Nez un peu gras, marqué par les fruits secs (noisette), la confi ture de prune et le caramel. Attaque ronde, avec des notes épicées (réglisse, clous de girofl le, poivre), des fruits rouges (mûre, cassis) et un peu de caramel. Sur la fi nale, liquoreuse et plus tannique, les épices dominent avec une pointe de cerise confi te. Assemblage de single malts provenant de six fûts diff érents de xérès.

Tomatin 20 ans

Puissant mais suave …

Ce fut la plus grande distillerie d’Ecosse, avec vingt-trois alambics, mais 12 seulement sont aujourd’hui opérationnels et une capacité de production ayant atteint 12 millions de litres par an, pour 5 millions seulement actuellement. Mais elle a connu beaucoup de vicissitudes, au point d’être rachetée en 1985 par ses principaux clients… des négociants japonais, qui depuis l’exploitent sans discontinuer. Elle aurait produit jusqu’à 30 malts différents…

Jaune doré. Nez fin et élégant, surtout sur le malt et le caramel. En bouche, de la rondeur à l’attaque, puis se développent des notes plus marquées sur le poivre et les épices. A la fois suave et puissant, avec une dominante du malt accompagnée de caramel au beurre et des traces de boisé qui lui donnent de l’ampleur. Persistance chaleureuse où le poivre revient se faire sentir.

Glenrothes 1996

Solidement classique …

Solidement classique Après un démarrage en 1878, la faillite d’une banque a d’abord retardé son ouverture jusqu’en 1887. Située à Rothes (qui en compte quatre autres), dans le Speyside, cette distillerie a été par la suite agrandie deux fois, et compte aujourd’hui dix alambics. Mais ses malts sont rares en embouteillage en single, car l’essentiel est utilisé par les blenders. Elle appartient depuis 1999 à Edrington Group, mais ses malts sont distribués par Berry Brothers, au moins au Royaume-Uni.

Jaune doré soutenu. Nez bien malté, mais plutôt fermé. L’attaque est un peu brûlante, avec des notes maltées et miellées. Plutôt onctueux, voire tirant sur la cire d’abeille, il est relevé par un caractère poivré qui se dégage surtout vers la finale. On retrouve les fruits jaunes classiques de la distillerie, voire du Speyside, un style auquel elle ne déroge pas. Rien de vraiment original, mais un solide métier qu’on retrouve avec plaisir.

Tomatin 1996

Puissant mais suave … 

Ce fut la plus grande distillerie d’Ecosse, avec vingt-trois alambics, mais 12 seulement sont aujourd’hui opérationnels et une capacité de production ayant atteint 12 millions de litres par an, pour 5 millions seulement actuellement. Mais elle a connu beaucoup de vicissitudes, au point d’être rachetée en 1985 par ses principaux clients… des négociants japonais, qui depuis l’exploitent sans discontinuer. Elle aurait produit jusqu’à 30 malts différents…

Jaune doré. Nez fin et élégant, surtout sur le malt et le caramel. En bouche, de la rondeur à l’attaque, puis se développent des notes plus marquées sur le poivre et les épices. A la fois suave et puissant, avec une dominante du malt accompagnée de caramel au beurre et des traces de boisé qui lui donnent de l’ampleur. Persistance chaleureuse où le poivre revient se faire sentir.

Aultmore 1997

Austère mais tout de même bien épicé …

Située au nord de la ville de Keith, dans l’extrême ouest du Speyside, cette distillerie est installée sur les bords de la rivière Isla (à ne pas confondre avec l’île réputée pour ses malts tourbés). Fondée en 1886, elle alimente surtout les blends Dewar’s, et a été complètement reconstruite dans les années 1970. Appartenant au groupe Bacardi depuis 1998, les embouteillages officiels sont rares.

Jaune pâle. Nez puissant, assez gras, à dominante animale. Attaque puissante et épicée, voire un peu brûlante, surtout pour un malt de cet âge. Bien fruité, avec la pomme, les raisins secs et le gingembre, Il est surtout sec, voire un peu austère, mais avec de la rondeur en arrière-plan. De quoi le rendre atypique par rapport au Speyside, surtout à un tel âge. Longue finale et grande persistance épicée.

Glen Elgin

Moelleusement malté

La région d’Elgin au nord du Speyside, le long de la rivière Lossie, compte neuf distilleries en activité, mais celle qui porte son nom est l’une des moins connues. Fondée à la fin du 19e siècle, puis modernisée en 1964 puis en 1992, ses malts sont en effet essentiellement utilisés pour l’élaboration des blends, dont le White Horse. Leur finesse fruitée découle d’une longue fermentation et d’une lente distillation. Il n’existe qu’un seul malt officiel, en 12 ans d’âge.

Jaune d’or. Nez d’abord, puis rond sur le malté et la croûte de pain. Attaque moelleuse, puis la puissance de l’alcool se fait vite dominante (un peu d’eau est conseillé). Dominante des céréales, avec des notes miellées, mais relevées par le poivre noir et quelques notes de gingembre. Le fruité (poire très mûre) se fait également sentir. Finale longue et chaleureuse, avec de la persistance sur le moelleux malté.

Mortlach

Du malt et du fruit …

Existant dès 1823, année de la légalisation du scotch whisky, cette distillerie de Dufftown, au coeur du Speyside, élabore surtout un malt très apprécié des blenders pour sa richesse et sa puissance… d’où la grande rareté des single malts. Une distillation en deux étapes et demi (mais différente de celle pratiquée à Springbank) expliquerait son caractère original, ainsi que la grande diversité de formes de ses alambics. D’importants travaux commencés en 2013 devraient à terme doubler sa capacité.

Jaune clair. Nez d’abord discret, sur le malté, avec un peu de fruité à l’aération (confiture de prune jaune). Attaque forte, voire brûlante. Rond mais très épicé en bouche, les fruits jaunes (coing, prune) dominent aux côtés du malt. Un Speyside certes, mais un peu austère
et astringent tout de même. Finale moyenne sur le malté et le fruité.

Bunnahabhain

Rudement viril …
Longtemps atypique par rapport aux autres distilleries d’Islay (car n’utilisant pas de malts tourbés), elle est située tout au nord de l’Île. Signifiant « Bouche de la crique », elle se prononce Bouna’hav’n en gaélique. Fondée en 1881, elle a connu plusieurs longues périodes d’arrêt, y compris après avoir été agrandie en 1963. Après quelques années d’incertitude, elle a été rachetée en 2003 par Burn Stewart qui a relancé la commercialisation et développé de nouvelles expressions, notamment tourbées.
Jaune pâle. Nez bien marqué par la tourbe avant tout végétale. L’attaque se révèle assez brûlante, mais tout de même supportable. Très sec au départ, voire astringent, sa rudesse virile est à peine complétée par quelques notes de fruits jaunes (prune, poire), mais elle s’accompagne également de poivre noir. Finale longue, un peu austère et minérale, un malt qui rappelle le gros temps d’hiver.

Laphroaig

Fin et élégant ? Et oui…

Créée vers 1815 par la famille Johnston (dont l’un des membres a péri noyé… dans une cuve de fermentation), cette distillerie d’Islay est longtemps restée une propriété familiale, possédant ses propres aires de maltage de l’orge (toujours utilisées) et ses tourbières. Sa puissance et ses arômes originaux ont donné à Laphroaig (qui se prononce “Lafrog”) un rôle de pionnier dans la découverte des malts d’Islay.

Nous n’avons pas pu tester cette version avant la parution de la lettre. Mais nous y retrouverons sans aucun doute certaines caractéristiques de la distillerie, des arômes puissants, la tourbe phénolique omniprésente, goudronnée, sans compromis, mais aussi du moelleux, de l’élégance, des finales chaleureuses et complexes.

Rosebank

Plaisant… mais après ?

Distillerie emblématique des Lowlands, fondée en 1840 à Falkirk et vite très appréciée des blenders. Elle s’est caractérisée par la triple distillation, selon le modèle irlandais pratiqué fréquemment dans la région. Mise en sommeil en 1993, car elle n’avait pas été retenue pour figurer dans la gamme des Classic Malts, elle ne devrait sans doute pas redémarrer un jour, d’autant que ses équipements en cuivre ont été volés l’an dernier ! Ses malts sont donc de plus en plus rares…

Jaune pâle. Nez chaleureux, surtout céréales mûres, avec une petite pointe de fruits jaunes (pêche, prune). Attaque moelleuse, tout en rondeur, puis il prend un caractère plus vif, assez épicé, mais sans exagération. Le fruité et la rondeur se retrouvent sur la finale, avec toujours tout de même une belle vivacité, surtout pour cet âge. Persistance assez moyenne, pour un malt certes plaisant, mais sans grande personnalité tout de même.

Linkwood

Une belle puissance apéritive

Fondée en 1821, cette distillerie d’Elgin, dans la partie nord du Speyside, a connu de nombreux remaniements depuis, le dernier en 2011. Toutefois, l’un de ses dirigeants, entre les deux guerres, était renommé pour ne remplacer qu’à l’identique les alambics trop âgés, en y martelant les mêmes bosses. Les deux importants alambics d’origine (maintenant non utilisés) ont été complétés par quatre autres lors d’un agrandissement en 1973. Surtout secs et épicés, les malts développent également d’autres aspects grâce à l’utilisation de fûts de xérès.

Jaune clair. Nez chaleureux, surtout malté, avec fruits jaunes (pêche), cire d’abeille, le tout bien fondu. Attaque puissante, plutôt sèche et épicée. Le corps est puissant, très sec, puis se dégage des notes fruitées, mais bien soutenues par une belle dominante épicée (poivre noir). Un malt direct, sans fioritures, peut-être sous l’influence d’un xérès sec… Finale particulièrement tannique, voire virile : un remarquable apéritif donc.