Archives

Springbank

« Authentique… et abordable »

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune doré. Dès le nez, on perçoit la tourbe spécifi que à la distillerie, plus végétale que phénolique. L’attaque est un peu brûlante, vu le degré, mais le malt séduit vite par son fondu sur le malté, le caramel au beurre et la tarte Tatin et quelques épices bien sûr. Plus concentré et sec que d’autres versions, il demande à s’ouvrir pour développer toute sa gamme aromatique sur la fi nale et la persistance, remarquable. Un brut de fût authentique… et très abordable.

Balmenach 2005

Un apéritif bien sec …

Cette distillerie au sud du Speyside date de 1825, fondée par James McGregor, célèbre distillateur clandestin. Mais ses malts resteront longtemps réservés aux blenders de DCL, qui en ont fait l’acquisition en 1930. Devenue propriété d’Inverhouse en 1997, ce groupe appartient aujourd’hui à une société thaÏlandaise. Il n’y a pas de malt offi ciel, la commercialisation en single malt passant par les indépendants, notamment sous le nom Deestalker.

Jaune pâle. Nez fermé, devenant plus malté à l’aération, avec des notes poivrées. Attaque brûlante (un peu d’eau n’est pas à écarter), puis le malté domine, avec quelques notes de fruits jaunes et un peu de caramel au beurre. Surtout sec, mais avec un peu de moelleux en fond de bouche, il est à conseiller à l’apéritif, même s’il possède également un peu de fruité.

Dailuaine

Sec et onctueux ? Oui, la preuve …

Comme l’indique son nom gaëlique (“vallon verdoyant”), la distillerie est située dans un creux au bord de la rivière Spey. Créée en 1852 par William Mackenzie, elle a été peu de temps après reliée au réseau de chemins de fer, ce qui a beaucoup influé sur son développement. Ce fut la première distillerie du Speyside à être munie de la cheminée se terminant par une pagode, conçue par Charles Doig en 1889. Equipée de six alambics, et plusieurs fois modernisée, son malt est réservé aux blends Johnnie Walker), et il est très peu embouteillé en single.

Jaune très, très, très pâle, mais pas incolore. Nez un peu musqué, animal, puis évoluant sur les fruits secs (amande). Attaque sèche, minérale. En bouche, beaucoup de puissance marquée par le poivre noir et les épices, mais aussi des notes de fleurs blanches. Finale plus onctueuse, mais toujours bien épicée. Apéritif ou digestif ? Les deux, en fait.

Balmenach Glenlivet

A réserver à l’apéritif …

Cette distillerie au sud du Speyside date de 1825, fondée par James McGregor, célèbre distillateur clandestin. Mais ses malts resteront longtemps réservés aux blenders de DCL, qui en ont fait l’acquisition en 1930. Devenu propriété d’Inverhouse en 1997, ce groupe appartient aujourd’hui à une société thailandaise. Il n’y a pas de malt officiel, la commercialisation en single malt passant par les indépendants, notamment sous le nom Deestalker.

Jaune pâle. Nez d’abord discret, prenant à l’aération une certaine ampleur maltée. Attaque sèche, voire un peu brûlante. Derrière cette puissance, quelques notes fruitées (pomme, poire) et un peu de poivre noir. Finale surtout tannique et astringente, avec une petite persistance maltée.

Bunnahabhain 2004

Agréablement tourbé …

Longtemps atypique par rapport aux autres distilleries d’Islay (car n’utilisant pas de malts tourbés), elle est située tout au nord de l’Île. Signifiant “Bouche de la crique”, elle se prononce Bouna’hav’n en gaélique. Fondée en 1881 par William Robertson et les frères Greenless, elle a connu plusieurs longues périodes d’arrêt, y compris après avoir été agrandie en 1963. Après quelques années d’incertitude, elle a été rachetée en 2003 par Burn Stewart qui a relancé la commercialisation et développé de nouvelles expressions, notamment tourbées.

Jaune doré. Nez sur la tourbe végétale, avec un peu de fumé. Attaque chaleureuse, marquée d’entrée par la tourbe. Un peu brûlant en bouche, il ne se manifeste aussi sur la pomme cuite, le caramel et une belle expression épicée (poivre noir notamment). D’une riche puissance, la finale et la persistance sont définitivement marquée par la tourbe, omniprésente sans être écrasante.

Glen Ord 12 ans

Sec mais fruité …

Propriété depuis 1838 de la famille Mackenzie, Glen Ord (dans les Highlands du Nord) s’est longtemps appelée Glen Oran, avant d’entrer dans le groupe John Dewar’s, devenu aujourd’hui Diageo. Autre spécificité, ses orges maltées sont produites sur place, mais sont également utilisées par d’autres distilleries du groupe. L’énorme succès du Singleton (produit par Glen Ord, mais aussi par Glendullan et Dufftown) a entraîné une très forte expansion, avec une capacité de 11 millions de litres d’alcool par an.

Jaune très pâle, presque incolore. Nez surtout malté, un peu de poivre, évoluant sur un versant minéral et sec. Attaque ample et fruitée, puis l’alcool se fait sentir. Fruits jaunes (poire, prune) et raisins de Corinthe se développent sur un corps puissant et chaleureux. Légèrement résineux sur la finale, il conserve sa puissance sèche jusqu’au bout, avec toutefois de belles notes fruitées.

Springbank

Authentique… et abordable …

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune doré. Dès le nez, on perçoit la tourbe spécifique à la distillerie, plus végétale que phénolique. L’attaque est un peu brûlante, vu le degré, mais le malt séduit vite par son fondu sur le malté, le caramel au beurre et la tarte Tatin et quelques épices bien sûr. Plus concentré et sec que d’autres versions, il demande à s’ouvrir pour développer toute sa gamme aromatique sur la finale et la persistance, remarquable. Un brut de fût authentique… et très abordable.

Benrinnes

Bien sec, donc apéritif …

Situé à plus de 200 m d’altitude sur le versant nord du mont du même nom, le site est alimenté par des eaux abondantes et bien filtrées par le granit. Ce qui explique l’implantation ancienne d’une distillerie (avant 1820). Entièrement reconstruite en 1955 et équipée d’alambics supplémentaires 11 ans plus tard, ses malts alimentent les blends J&B, Johnnie Walker et Crawford’s, avec une distillation en deux étapes et demi, aujourd’hui abandonnée. Le single malt est rare sur le marché… sauf pour les membres du Clan.

Jaune clair. Nez à dominante maltée, avec fruits jaunes. Attaque plutôt moelleuse, mais bien relevée par le poivre noir. Il devient plus sec par la suite, conservant son fruité, mais allant jusqu’à à une légère astringence en fond de bouche. A conseiller plutôt à l’apéritif, en raison de sa finale sèche.

Benrinnes

Bien sec, donc apéritif …

Situé à plus de 200 mètres d’altitude sur le versant nord du mont du même nom, le site est alimenté par des eaux abondantes et bien filtrées par le granit. Ce qui explique l’implantation ancienne d’une distillerie (avant 1820). Entièrement reconstruite en 1955 et équipée d’alambics supplémentaires 11 ans plus tard, ses malts alimentent les blends J&B, Johnnie Walker et Crawford’s, avec une distillation en deux étapes et demi, aujourd’hui abandonnée. Le single malt est rare sur le marché… sauf pour les membres du Clan.

Jaune clair. Nez à dominante maltée, avec fruits jaunes. Attaque plutôt moelleuse, mais bien relevée par le poivre noir. Il devient plus sec par la suite, conservant son fruité, mais allant jusqu’à à une légère astringence en fond de bouche. A conseiller plutôt à l’apéritif, en raison de sa finale sèche.

Glen Moray

Pour les amateurs de liquoreux …

Cette ancienne brasserie a été transformée en distillerie en 1897, avec l’autorisation d’accompagner son nom de la mention Glenlivet. Elle est située près d’Elgin, disposant de grandes quantités d’eau et d’orges réputées. Depuis son rachat par La Martiniquaise, en 2008, sa production a été fortement accrue pour alimenter les blends Label 5 et Glen Turner, tout en commercialisant des malts maturés en fûts variés.

Jaune doré. Nez bien malté, marqué par l’alcool et quelques notes liquoreuses. Attaque puissante voire brûlante, pouvant nécessiter l’ajout d’un peu d’eau. Corps rond et moelleux, voire liquoreux l’apparentant presque à un sauternes. La poire et le coing dominent, soutenus par le poivre noir de l’alcool. Manifestement, le xérès a donné beaucoup d’ampleur au malt, surtout non réduit.

Glenallachie

Miellé et fruité …

Installée au coeur du Speyside, cette distillerie moderne (fondée en 1967) à proximité d’Edradour est utilisée essentiellement par les blenders, Mackinlay-Mc Pherson d’abord, puis Campbell (Pernod-Ricard) depuis 1989, après une période de sommeil, suivi d’une augmentation des capacités de production. Il n’existe qu’un seul malt officiel, les autres venant des embouteilleurs indépendants.

Jaune doré. Nez puissant, d’abord animal, puis surtout malté et à dominante végétale. Attaque pleine de vivacité, voire un peu brûlante pour son degré, puis il se révèle bien moelleux,
avec des notes de miel, de cire d’abeille, et du fruit jaune (prune surtout). Finale un peu plus sèche, avec de l’ampleur sur le fruité et le miel.

Caol Ila

Tourbé, mais aussi épicé et tannique …

Avec un nom qui signifie en gaélique “le détroit d’Islay”, un emplacement en face de l’île de Jura, et une eau bien tourbée, la distillerie a toujours eu de quoi intéresser les amateurs de malts puissants. Bien que fondée en 1846, Caol Ila a été complètement remaniée vers 1972 par United Distillers (Diageo aujourd’hui). Compte tenu de la demande, elle a été à nouveau agrandie en 2011, ce qui porte sa capacité à 6,5 millions de litres par an. Elégants et bien tourbés, ses malts sont aujourd’hui disponibles en de multiples versions, mais sont lancés aussi des malts non tourbés.

Au nez, de la tourbe végétale, présente mais encore discrète avant aération. Attaque chaleureuse, avec un caractère sec où  la tourbe est prépondérante. Elle s’accompagne de notes poivrées et épicées, ne laissant guère de place à un léger fruité sous-jacent. Le vieillissement a accru le caractère tannique, voire un peu astringent de la fin de bouche.

Springbank

Tel qu’on l’aime …

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Dès le nez, la tourbe est là, mi-végétale, mi-animale, avec ce persistant fruité tellement caractéristique. Attaque puissante, d’un bloc, puis se développe un ensemble très complet qui décline le malté, le caramel au beurre, les raisins de Corinthe, la poire mûre et du poivre noir sur la finale… Et bien entendu la tourbe, qui ne se fait surtout pas oublier. Encore une référence incontournable, et qui n’a pas besoin de finition pour atteindre des sommets.

Kilkerran

Entre fruité et boisé …

Glengyle est la nouvelle distillerie de Campbeltown, installée entre 2000 et 2004 par la société Springbank. Il s’agit de la renaissance d’un site qui a été en activité de 1872 à 1925, appartenant à un membre de la famille Mitchell. Le malt qui est élaboré à Glengyle porte le nom de Kilkerran (pour des raisons de propriété commerciale), qui fait référence au saint évangélisateur de la région.

Jaune clair. Nez un peu fermé, puis chaleureux sur les fruits secs et un peu de tourbe. Un peu brûlant malgré la réduction, le corps est d’abord sec, puis se développe sur une belle onctuosité marquée par la pêche, le coing et un peu de miel. Il évolue sur des notes davantage boisées, avec de la réglisse, tout en conservant la tourbe en arrièreplan et quelques notes salées. Longue persistance, surtout pour un malt réduit de cet âge. C’est la première version officielle commercialisée par Springbank.

Springbank

Encore jeune, mais déjà sur la tourbe …
La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune doré soutenu. Au nez, demande de l’aération avant de développer son côté végétal, à peine marqué par la tourbe. En bouche, très puissant, voire brûlant, mais avec du moelleux. Comme au nez, dominante végétale marquée la tourbe, très peu phénolique, avec de la compote de pomme. Corps puissant, carré car encore jeune. Sur la finale, apparition de légères notes poivrées et fumées qui persistent bien ensuite.

Blair Athol

Agréable apéritif …

Cette distillerie des Highlands remonte à la fin du 18ème siècle, appelée alors Aldour, mais elle a été ensuite déplacée puis plusieurs fois agrandie, notamment en 1973 avec le doublement du nombre d’alambics. A noter que le village dont elle porte le nom s’écrit lui avec deux “l”. Ses malts servent essentiellement aux blends de Bell’s (Diageo), et ne sont que rarement disponibles, sauf pour des éditions commémoratives limitées.

Jaune pâle. Nez fermé, à part un peu de fruits jaunes à l’aération. Plutôt doux à l’attaque, puis sa puissance se développe progressivement, surtout sur le fruité (prune jaune). Apéritif agréable, un peu astringent. On comprend que l’essentiel de la production sert à alimenter les blends, et qu’il ne fait pas l’objet d’embouteillages officiels.

Springbank

Très complet… et surtout délicieux !

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune doré. Nez mi-végétal mi-animal. Attaque onctueuse en bouche, malgré un caractère un peu brûlant. D’une grand puissance, il se développe surtout sur la tourbe végétale (bien plus que phé- nolique), mais s’accompagne de fruits jaunes (prune, poire) relevés par un peu de poivre noir. Harmonieux et très complet, as usual… et surtout délicieux, une fois de plus !

Glenallachie

Miellé et fruité …
Installée au coeur du Speyside, cette distillerie moderne (fondée en 1967) à proximité d’Edradour est utilisée essentiellement par les blenders, Mackinlay-Mc Pherson d’abord, puis Campbell (Pernod-Ricard) depuis 1989, après une période de sommeil, suivi d’une augmentation des capacités de production. Il n’existe qu’un seul malt officiel, les autres venant des embouteilleurs indépendants.

Jaune doré. Nez puissant, d’abord animal, puis surtout malté et à dominante végétale. Attaque pleine de vivacité, voire un peu brûlante pour son degré, puis il se révèle bien moelleux, avec des notes de miel, de cire d’abeille, et du fruit jaune (prune surtout). Finale un peu plus sèche, avec de l’ampleur sur le fruité et le miel.

Glen Moray

Située non loin de Glenmorrangie, ce fut à l’origine une brasserie. La distillation débute en 1897, elle est une des premières distilleries à innover des affinages en fût de vin blanc, Chardonnay et Chenin blanc en particulier, ce qui en faisait l’originalité, malgré tout ses whiskies furent longtemps assez confidentiels.

Fût N°3878, mise en fût le 25 juin 2002. Un single cask puissant et gourmand grâce à son vieillissement intégral en fût de xérès pour une complexité fabuleuse. Très velouté en bouche, avec des notes de cacao et des fruits secs, et une finale très longue toute en douceur de chêne.

Springbank green

Fraîcheur verte …

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune d’or. Nez d’abord de céréales mûres, puissant et devenant plus végétal et tourbé. Belle ampleur en bouche après une attaque marquée par le malt. Si l’alcool se fait sentir, la fraîcheur herbacée est aussi au rendez-vous, puis le fruité (pomme, poire) en arrière-plan. Séduisant et élégant malgré sa puissance, un malt facile d’accès tout en restant fidèle aux basiques de la distillerie.

Bowmore

Sec comme un coup de trique ….

Distillerie vedette de l’île d’Islay, elle se prévaut notamment de son ancienneté, avec une fondation en 1779 qui en fait une des plus vieilles d’Ecosse. Pratiquant le maltage d’une petite partie de ses orges, elle a longtemps commercialisé une des plus vastes gammes de single malts d’Islay émanant d’une seule distillerie, depuis le Legend (8 ans) jusqu’au mythique Black Bowmore (1964, 50 °) réservé à une élite… fortunée.

Jaune clair. Nez céréalier surtout, avec un peu de tourbe. Sec et assez brûlant, il supporte un peu d’eau qui révèle davantage sa dominante tourbée, plus sur le végétal que sur le phénolique. Corps ample et généreux, sur l’amande et les fruits secs, avec de la paille sèche. Assez austère jusqu’à la finale, de longue persistance.

Springbank

Complexité et élégance …
La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une
trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Belle couleur ambrée, le nez est fruité, avec des notes de raisin sec, de raisin de Smyrne et de réglisse. En bouche, des notes beurrées, fruitées, quelques touches exotiques de papaye. La tourbe est bien présente en finale, mêlée de pâte d’amande et la présence bois épicé. Comme souvent chez Springbank, complexité et élégance, qui ne laissent pas indifférent.

Glen Spey

Rare et curieux …
Bien que fondée en 1880, et modernisée un peu moins d’un siècle plus tard, cette distillerie du
Speyside, dans la ville de Rothes, n’a jamais vraiment fait beaucoup parler d’elle. Il est vrai que ses malts sont depuis longtemps essentiellement utilisés pour élaborer le blend J&B, qui se réserve la quasi-totalité de la production, avec une capacité de 1,4 million de litres par an. Une rareté…

Très pâle, presque incolore. Nez végétal, un peu gras. Attaque à la fois moelleuse et très épicée. Le malt domine, faisant penser presque à un new spirit, c’est-à-dire l’eau-de-vie sortant de l’alambic, tant il n’y a pratiquement pas d’influences du fût. Le poivre gris domine, accompagné par l’âcreté du gingembre, jusqu’à la finale et au-delà. Une curiosité !

Ardmore

Harmonieux et subtil

Située dans une vallée reculée à la limite du Speyside, cette distillerie centenaire (fondée en 1898) sert depuis toujours à l’élaboration du blend Teacher’s. Malgré son importance – huit grands alambics – elle est encore méconnue, mais sa notoriété augmente depuis son acquisition par Jim Beam en 2005 (cf. la fiche de présentation dans ce même numéro).
Jaune clair. Nez grassouillet, devenant plus poivré à l’aération. Attaque puissamment épicée, sur une base moelleuse où l’on devine la tourbe. Le corps est ample, puissant, tapissant le palais, où se révèlent des arômes bien fondus de noisette, d’amande douce et de fruits exotiques, avec des pointes de saumon fumé et de réglisse. Très harmonieux et subtil, il se termine sur une tonalité plus astringente qui se conjugue avec le moelleux général.

Springbank

“Somptueuse simplicité“

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Ambré clair. Le nez est onctueux sur le malté, avec une dominante fruitée (pomme cuite) légèrement fumée (charbon de bois) qui lui apporte un peu de sécheresse. Attaque sèche et épicée en bouche, avec une dominante de fruits secs (amandes) et un peu de réglisse, mais l’évolution se fait sur un caractère plus onctueux, voire crémeux, tapissant tout le palais. Somptueux jusqu’à la finale, avec toute la simplicité qu’on aime chez Springbank.

The Irishman Single Malt

Puissant et doux à la fois

Fondée en 1999 par Bernard et Rosemary Walsh, la société Hot Irishman était d’abord centrée sur l’assemblage et la commercialisation d’une recette d’Irish Coffee jugée la plus intéressante après de multiples essais… dans un chalet des Alpes fran- çaises. Ce fut ensuite une crème irlandaise à base de whiskey. En 2006, ils signaient un contrat d’ap- provisionnement auprès d’Irish Distillers pour constituer des stocks de whiskeys distillés trois fois. À partir de là, ils ont lancé différentes déclinaisons de leurs propres assemblages, dont ce 12 ans d’âge sorti… en 2012.

Jaune doré. Nez d’abord discret, puis élégant, sur les fruits jaunes et le miel. En bouche, une puissance plutôt impétueuse, mais aussi bien moelleuse. Fruits secs (amandes, noisettes, raisins de Corinthe), cire d’abeille, évoluant vers un léger boisé (bois de santal) et un peu de cuir neuf. Bien fondu et très harmonieux, un malt dont la force recouvre également une belle douceur.

Glenrothes 12 ans

Belle vivacité

Ambré aux notes orangées. Nez de fruits rouges et de cire d’abeille, sur une base bien maltée. Attaque assez moelleuse, suivie pas une belle vivacité épicée (poivre noir).

The Irishman

Puissant et doux à la fois

Fondée en 1999 par Bernard et Rosemary Walsh, la société Hot Irishman était d’abord centrée sur l’assemblage et la commercialisation d’une recette d’Irish Coffee jugée la plus intéressante après de multiples essais… dans un chalet des Alpesfrançaises. Ce fut ensuite une crème irlandaise à base de whiskey. En 2006, ils signaient un contrat
d’approvisionnement auprès d’Irish Distillers pour constituer des stocks de whiskeys distillés trois fois. À partir de là, ils ont lancé différentes déclinaisons de leurs propres assemblages, dont ce 12 ans d’âge sorti… en 2012.

Jaune doré. Nez d’abord discret, puis élégant, sur les fruits jaunes et le miel. En bouche, une puissance plutôt impétueuse, mais aussi bien moelleuse. Fruits secs (amandes, noisettes, raisins de Corinthe), cire d’abeille, évoluant vers un léger boisé (bois de santal) et un peu de cuir neuf. Bien fondu et très harmonieux, un malt dont la force recouvre également une belle douceur.

The Irishman

Malté  et boisé

Fondée en 1999 par Bernard et Rosemary Walsh, la société Hot Irishman était d’abord centrée sur l’assemblage et la commercialisation d’une recette originale d’Irish Coffee. Ce fut ensuite une crème irlandaise à base de whiskey. En 2006, ils signaient un contrat d’approvisionnement auprès d’Irish Distillers pour constituer des stocks de whiskeys distillés trois fois. Avec ça, ils ont lancé différentes déclinaisons de leurs propres assemblages. Vieillie dans du chêne américain, cette édition est limitée à seulement 2 000 bouteilles. Médaillée d’or des Whiskey Masters dans la catégorie Whiskey Irlandais Premium, elle a également obtenu 94.5 points dans la Whiskey Bible 2010 de Jim Murray.
Le nez allie de subtiles notes de bourbon, avec une pointe de gingembre. Légèrement huileuse et maltée, la bouche devient ensuite douce-amère avec le développement de notes boisées plus sèches. D’une grande longueur, la finale est riche (notes de chocolat) et subtilement épicée,

Kilkerran Wip N°5

Chocolat gourmand
Glengyle est la nouvelle distillerie de Campbeltown, installée entre 2000 et 2004 par la société Springbank. Il s’agit de la renaissance d’un site qui a été en activité de 1872 à 1925, appartenant à un membre de la famille Mitchell. Le malt qui est élaboré à Glengyle porte le nom de Kilkerran, pour des raisons de propriété commerciale. Sans âge indiqué, les malts sont déclinés sous le nom Work in Progress (Travail en cours).
Marqué par une dominante de chocolat noir, le nez se développe richement autour de dates miellées, de massepain et de fruits rouges. Toujours aussi riche, la bouche gourmande retrouve les dattes au miel, avec cette fois des raisins secs, de la mélasse de canne à sucre et un peu de cannelle. Le chocolat noir revient sur la finale, ronde et très équilibrée.

Yamazaki

Doux avec beaucoup de force

Fondée en 1924 par le groupe Suntory, c’est la plus ancienne distillerie de whisky du Japon, ayant bénéficié de l’expérience acquise en Ecosse par Matasaka Taketsuru. Située entre Kyoto et Osa-ka, elle se trouve dans une région montagneuse, avec un climat qui n’est pas sans rappelé les Hi-ghlands, et bénéficie d’une eau dont la pureté est reconnue depuis le 16èmc’ siècle. Equipée de douze alambics de forme et de contenance variées, la distillerie produit aujourd’hui des malts assez différenciés.

Jaune doré. Nez plutôt chaleureux, miellé, et des notes de fruits jaunes (pêche, coing) et un peu de cire d’abeille. Même chaleur en bouche dès l’attaque, mais sans excès. Bien charpenté sur une base maltée, il est onctueux, avec toujours le miel, les fruits jaunes, et quelques notes épicées plus évidentes en allant sur la finale : poivre gris, gingembre, coriandre et résine de pin. Très harmonieux, il possède aussi une belle force, qui se poursuit sur une longue persistance.

Strathisla

Harmonie dans le Speyside

Fondée en 1785 par un négociant en textile, cette distillerie (appelée à l’origine Milltown ou Milton) revendique le titre de plus ancienne d’Ecosse toujours en activité, sur un site où se trouvait une brasserie au 13ème siècle. Elle a toutefois été largement reconstruite après un incendie en 1876. Mais elle conserve beaucoup de charme, tout en maintenant une longue tradition de petits alambics. Propriété de Seagram, puis de Pernod-Ricard, ses malts sont surtout utilisés pour les blends Chivas, et assez peu commercialisés.

Ambré. Nez moelleux, assez riche, avec beaucoup de douceur maltée et caramel au beurre. Attaque onctueuse, puis il devient plus épicé et un peu marqué par l’alcool. Corps bien fondu, harmonieux, mêlant pommes cuites (Tatin), caramel, raisins de Corinthe et poivre noir qui relève bien la finale. Assez sec et tannique, et d’une belle longueur en bouche. Un vrai condensé du Speyside.

Strathisla

Arrondi par le fruité

Fondée en 1785 par un négociant en textile, cette distillerie (appelée à l’origine Milltown ou Milton) revendique le titre de plus ancienne d’Ecosse toujours en activité, sur un site où se trouvait une brasserie au 13ème siècle. Elle a toutefois été largement reconstruite après un incendie en 1876. Mais elle conserve beaucoup de charme, tout en maintenant Finition Petrus Gaia une ]ongue tradition de petits alambics. Propriété de Seaeram, puis de Pernod-Ricard, ses malts sont Clan des Grands Malts surtout utilises pour les blends Chivas, et assez peu commercialisés.Ambré léger, avec quelques reflets orangés.

Nez léger, un peu fermé, avec quelques notes de fruits rouges (fraise des bois) et un petit caractère malté. Plutôt moelleux à l’attaque, il prend vite beaucoup de puissance en bouche, avec de beaux accents poivrés et pimentés. Un léger caractère fruité se développe ensuite, sans trop insister. La finale reste surtout dominée par le poivre, offrant une longueur correcte. Joli malt pour une fin d’après-midi d’automne.

Springbank CV

L’art de l’assemblage

Chairman’s Vat (Assemblage du Président) ? Cuvee of Vintages (Cuvée de millésimes) ? Curriculum Vitae ? Chez Springbank, l’emblématique distillerie de Campbeltown, on se refuse à préciser la signification exacte de cette dénomination. Ce qui est assuré, par contre, c’est qu’il s’agit d’un assemblage minutieux de malts distillés en 2001 et maturés en fûts de bourbon, de xérès et de porto. Ils ont été sélectionnés avec soin par Franck McHardy, directeur de la production, et Stuart Robertson, directeur de la distillerie, pour leurs capacités complémentaires à constituer un grand whisky dans la parfaite tradition du style spécifique de Springbank.

Jaune doré. Immédiatement chaleureux, le nez développe avec douceur de belles notes végétales et animales, épaulées par des notes tourbées en arrière plan. Puissante, l’attaque ne manque pas non plus d’élégance. La jeunesse n’empêche pas la richesse aromatique d’une composition où se distinguent les fruits jaunes bien mûrs, le poivre noir, le bois de chêne et quelques épices exotiques. Le caractère végétal de la tourbe l’emporte largement sur le fumé, lui donnant une belle tonalité campagnarde. En finale, le fruité un peu sec amené par le xérès se fait à nouveau sentir, sans rompre l’harmonie générale, avec un caractère plus tannique qu’en bouche. La persistance est d’une très grande longueur.

Springbank

L’apport du xérès

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune doré un peu trouble. Nez fondu, plutôt végétal, un peu tourbé, mais aussi des notes fruitées. Attaque onctueuse, voluptueuse, avec une tonalité miellée. Il devient plus puissant ensuite, sans être agressif. Le caractère classique de Springbank (tourbe végétale, malt bien marqué) est ici comme enrobe, sans doute suite à l’influence du xérès. L’ensemble reste très agréable, et d’une belle structure, mais perd en personnalité. Longue finale se terminant sur le fruité, un peu pruneau.

Royal Lochnagar

Une belle ampleur fruitée et poivrée

Fondée au départ en 1823, cette distillerie a été brûlée deux fois par des concurrents, avant de s’installer définitivement en 1845. Toute l’histoire de cette distillerie des Highlands orientales a été marquée par sa situation, à trois kilomètres du château de Balmoral, choisi par la reine Victoria comme résidence d’été à partir de 1848. Ce malt ayant eu l’honneur de lui plaire, la distillerie devint fournisseur officiel de la cour, d’où son adjectif de “Royal”. Elle a été fortement remaniée en 1963. Également très apprécié des blenders (Vat 69 surtout), il était le plus cher en Ecosse dans les années 1960.

Jaune soutenu. Discrète mais intéressante richesse du nez, avec beaucoup de fruité, du miel et un caractère plutôt épicé. Attaque moelleuse, chaleureuse, puis se développe avec l’alcool une belle puissance aromatique. On retrouve les constituants du nez, mais bien fondus, très harmonieux. Finale très épicée, poivre noir et gingembre, avec une belle astringence. Un bon malt d’après repas, malgré sa jeunesse.

Longrow 1999

Entre tourbe et fruité

Portant le nom d’une ancienne distillerie de Campbeltown fondée en 1896, et dont le dernier bâtiment existant abrite un des chais de Springbank, Longrow est aujourd’hui un single malt distillé dans les mêmes alambics que ceux servant à élaborer le Springbank. Mais est utilisé un malt entièrement tourbe (et non partiellement), avec une Vieillissement en fût double distillation classique, et un vieillissement de madère uniquement en fût de réemploi. Ce malt, peu produit, a servi d’abord à donner des notes tourbées aux blends de Springbank, avant d’être commercialisé en single depuis les années 90.

Nez de pommes rouges, terreux et pastèque juteuse. Surtout très fruité, avec aussi de la tourbe végétale. En bouche, entre vieux cuir et raisins rouges sucrés. Mélange de cendre et de gazon coupé. Notes de mangue et de pamplemousse rosé. Sur la finale, un fumé léger se marie avec les fruits tropicaux. Très persistant et agréablement réconfortant.

Linkwood

Un apéritif bien élégant

Fondée en 1821, cette distillerie d’Elgin, dans la partie nord du Speyside, a connu de nombreux remaniements depuis. Toutefois, l’un de ses dirigeants, entre les deux guerres, était renommé pour ne remplacer qu’à l’identique les alambics trop âgés, en y martelant les mêmes bosses. Les deux importants alambics d’origine (maintenant non utilisés) ont été complétés par quatre autres lors d’un agrandissement en 1973. Surtout secs et épicés, les malts développent également d’autres aspects grâce à l’utilisation de fûts de xérès.

Jaune pâle. Nez sec comme un fino, avec des notes de fleurs blanches. Attaque fine et élégante, puis il prend une belle puissance, avec un caractère bien sec, épicé et même poivré. Accompagné par un joli fruité (poire surtout), il prolonge son caractère sec et bien apéritif jusqu’à la finale, offrant une jolie persistance.

Isle of Jura

Un peu jeune encore

En face d’Islay, et peuplée de cerfs (qui lui ont donné son nom en ancien norvégien), l’île de Jura, montagneuse et peu habitée, doit une partie de sa célébrité à George Orwell, qui, dans ce cadre tourmenté, y a écrit son roman 1984. La distillerie remonte au moins au début du 19e siècle, mais a été remaniée et modernisée à plusieurs reprises de­puis. Elle se caractérise par des alambics aux cols très longs. Depuis quelques années, sont apparus des malts tourbes, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Jaune très pâle. Nez discret, plutôt herbacé avec de rares notes de fruits jaunes (pêche). L’attaque est assez vive, et même plutôt brûlante pour un réduit. Le corps est par contre assez gras, moelleux, mais bien épicé, avec une dominante poivrée qui l’emporte sur le reste : céréales, fruits secs, raisin muscat. Il aurait sans doute mérité de rester quel­ques années de plus en fûts pour mieux se développer. A apprécier surtout à l’apéritif.

Hazelburn

Si jeune et déjà très complet

Une ancienne distillerie de Campbeltown (1836-1925) a donné son nom à ce single malt distillé pour la première fois en 1996 par les Mitchell, toujours dans les mêmes alambics que Springbank et Longrow. L’idée aurait été de refaire un malt comme dans les Lowlands, en utilisant un orge malté non tourbé, et en pratiquant une triple distillation, comme à Auchentoshan. Le vieillissement est réalisé en fûts de bourbon, et maintenant de xérès.

Ambré soutenu. Nez opulent, avec une dominante de fruits cuits, de pruneau et de caramel. Moelleux, voire suave dès l’attaque, il prend ensuite une grande puissance qui tapisse tout le palais, avec une fabuleuse richesse aromatique : fruits secs, fruits rouges compotés, pruneau, caramel, toffee, biscuit au beurre, orange confite, raisins de Corinthe, figues séchées, cacao amer… L’ensemble est toutefois très fondu, et remarquablement équilibré. Sur la finale, il évolue sur une légère astringence, ce qui le rend un plus sec et apéritif, sans rien perdre de sa douceur. Etonnant pour un malt encore jeune !

Glenrothes 2000

Autour du chocolat

Après un démarrage en 1878, la faillite d’une banque a d’abord retardé son ouverture jusqu’en 1887. Située à Rothes (qui en compte quatre autres), dans le Speyside, cette distillerie a été par la suite agrandie deux fois, et compte aujourd’hui dix alambics. Mais ses malts sont rares en embouteillage en single, car l’essentiel est utilisé par les blenders, notamment pour l’élaboration du Cutty Sark. Elle appartient depuis 1999 à Edrington Group, mais ses malts sont distribués par Berry Brothers. D –

Ambré très foncé, acajou. Nez de fruits rouges très mûrs, voire confitures, cacao et pointe d’acidité. Attaque puissante, voire brûlante, puis le malt se révèle assez moelleux, mais présente aussi une structure sèche, voire tannique. Les fruits cuits, le pruneau, mais aussi les amandes et les raisins secs sont au rendez-vous d’une belle richesse aromatique. On retrouve aussi de l’amertume autour du cacao. Il pourrait très bien accompagner une mousse au chocolat noir, mais constitue surtout un superbe digestif. Car sa longue finale présente ensuite une belle persistance.

Glengoyne

Apéritif et bien malté

Cette distillerie fondée en 1833 présente la particularité d’être géographiquement dans les Lowlands, mais d’avoir été rattachée aux Highlands depuis une trentaine d’années, car l’eau qu’elle utilise en provient directement. En outre, sa typicité n’a rien à voir avec les malts herbacés et floraux des Lowlands. Une des spécificités de la distillerie est d’utiliser différents xérès pour le vieillissement de ses malts. Nichée dans une vallée boisée où la rivière Campsie tombe en cascade, c’est en outre une des plus jolies de la région, voire d’Ecosse, ce qui ne gâte rien…

Jaune doré. Nez fermé, peu expressif, plutôt céréalier à l’aération. Vif à l’attaque, il se développe sur le malt, avec du moelleux et de la rondeur, mais sans perdre son caractère sec. qui lui donne un caractère nettement apéritif, malgré quelques notes de miel de bruyère. Finale assez longue, surtout sur la puissance maltée.

Craigellachie

Poivré, voire volcanique

Fondée en 1891 par le créateur de White Horse, Peter Mackie, cette distillerie a servi principa­lement à l’assemblage de ce blend, même si son embouteillage en single a commencé très tôt, quoiqu’en quantités limitées. Située au coeur du Speyside, non loin de Macallan, elle a été moder­nisée et agrandie en 1965. Elle appartient depuis 1998 au groupe Martini-Bacardi.

Jaune doré, légèrement rosé. Nez délicat, d’une belle finesse, mêlant céréales et légères notes de fruits rouges. Attaque très vive en bouche, épicée et presque brûlante, nécessitant un peu d’eau (et ce n’est pas un brut de fût…). Le corps se révèle ensuite plutôt moelleux, voire onctueux, avec une dominante de fruits rouges (fraise, framboise), mais également bien maltée. Tonalité tout de même sur le sec, le poivré, jusqu’à la finale, assez longue… Un malt plaisant… si on franchit le cap de sa volcanique puissance initiale !

Connemara 1999

Une élégance légèrement tourbée

Créée à la fin des années 80 par John Teeling, la distillerie Cooley a mis fin au monopole d’Irish Distillers en élaborant des whiskies de malt et de grain, ainsi que des blends. Bien que reprenant d’anciennes marques (Tyrconnell, Locke’s) ou en créant de nouvelles, elle n’utilise pas les méthodes irlandaises, mais bien plus celles d’Ecosse, comme la double distillation ou l’emploi de malts tourbes, surtout dans son single malt tourbe Connemara, qui est un des rares en Irlande à être embouteillé brut de fût.

Jaune très pâle, avec des reflets vert d’eau. Le nez dégage progressivement de fines notes tourbées, avec du gazon fraîchement coupé, des fleurs blanches et quelques traces d’agrumes. En bouche, l’attaque, d’abord élégante, prend vite une belle puissance, sans rien perdre de sa finesse. La tourbe se fait assez discrète, bien environnée par le caractère végétal perçu au nez, avec quelques notes citronnées. Sur la finale, il prend un style plus épicé, tout en restant bien sec. Une version toute en subtilités aromatiques, où la tourbe n’est plus la seule composante.

Connemara 1999

Une élégance légèrement tourbée

Créée à la fin des années 80 par John Teeling, la distillerie Cooley a mis fin au monopole d’Irish Distillers en élaborant des whiskies de malt et de grain, ainsi que des blends. Elle n’utilise pas les méthodes irlandaises, mais bien plus celles d’Ecosse, comme la double distillation ou l’emploi de malts tourbes Jaune très pâle, avec des reflets vert d’eau. Le nez dégage progressivement de fines notes tourbées, avec du gazon fraîchement coupé, des fleurs blanches et quelques traces d’agrumes. En bouche, l’attaque, d’abord élégante, prend vite une belle puissance, sans rien perdre de sa finesse.

La tourbe se fait assez discrète, bien environnée par le caractère végétal perçu au nez, avec quelques notes citronnées. Sur la finale, il prend un stylé plus épicé, tout en restant bien sec. Une version toute en subtilités aromatiques, où la tourbe n’est plus la seule composante.

Bunnahabhain

Elégance tourbée…

Longtemps atypique par rapport aux autres distilleries d’Islay, elle est située tout au nord de l’Île. Signifiant “Bouche de la crique”, elle se prononce Bouna’hav’n en gaélique. Fondée en 1881 par William Robertson et les frères Greenless, elle a connu plusieurs longues périodes d’arrêt, y compris avoir été agrandie en 1963. Après quelques années d’incertitude, elle a été rachetée en 2003 par Burn Steward, (groupe CL World Brands) qui a relancé la commercialisation et développé de nouvelles expressions, notamment tourbées, pour les malts. La distillerie est équipée de deux paires d’alambics et de six fermenteurs en pin d’Oregon.

Jaune clair. La tourbe fumée est immédiatement présente au nez, avec une belle élégance. Attaque d’une belle finesse, puis la tourbe s’installe avec majesté et ampleur, accompagnée de discrètes notes fruitées et herbacées. Un peu plus poivré sur la finale, il reste sec sur une très belle persistance en bouche. Rarement la tourbe a donné une telle élégance à un malt…

Ben Nevis

Sec, avec du moelleux tout de même

Portant le nom du plus haut mont d’Ecosse (1 344 mètres), cette distillerie est doublement associée à Long John Macdonald, qui l’a créée en 1825, avant de donner son nom à la marque de blend bien connue. Après une certaine période d’instabilité, elle fut par la suite rachetée par la société… Long John Distillers, et enfin reprise en 1991 par les Japonais de Nikka, qui l’ont bien rénové et commercialisent le malt davantage que par le passé.

Jaune pâle. Nez d’abord discret, puis marqué par les céréales à l’aération, foin séché, mais aussi cire d’abeille et un peu de térébenthine. Attaque vive et sèche, évoluant sur le fruité (poires jaunes), le poivre noir, le gingembre. La puissance de l’alcool se fait davantage sentir sur la finale, mais bien enrobée par un certain moelleux qui le rend plus agréable. Il n’en reste pas moins un excellent apéritif bien sec.

Ardmore

Un vrai Highlander

Située dans une vallée reculée à la limite du Speyside, cette distillerie centenaire (fondée en 1898) a longtemps servi à l’élaboration du blend Teacher’s. Malgré son importance – huit grands alambics chauffés au charbon – elle est encore mé­connue, mais sa notoriété augmente depuis son acquisition par Jim Beam en 2005. Ambré léger. Nez de céréales, avec une présence tourbée végétale significative, et un peu de fumé. Attaque puissante, voire brûlante, vu le degré d’alcool.

Puis la bouche se révèle très chaleureuse, sur un caractère bien sec et viril. Le tourbe domine, sans exagération, dans une ambiance légèrement caramélisée. Epices (surtout gingembre), poivre noir, fruits secs sont au rendez-vous dans une puissante harmonie. Un grand malt à découvrir – en tout cas dans cette version – tant il symbolise bien la fierté et la puissance des Highlands.

Ardbeg

La tourbe en majesté

Tourbe et élégance, tels sont les deux traits dominants des malts de cette distillerie d’Islay, appréciée de longue date par les amateurs. Sa spécificité provient surtout d’un dispositif de purification en haut du deuxième alambic, qui conserve le meilleur de la tourbe en lui évitant toute âcreté. Chaque nouvel arrivage est attendu avec impa tience par les passionnés d’Islay.

Ambré léger. Le fumé domine le nez, tirant sur le goudron et le calfat En bouche, le phénolique prend de suite toute la place avec une grande ampleur, combiné avec des fruits secs (noix, amandes, raisins de Corinthe), du pruneau et un peu de bois santal. Une belle richesse aromatique qui ne cesse de s’amplifier qu’à la finale, marquée davantage par le poivre. Complet et très équilibré, une version qui fait honneur à la réputation d’Ardbeg.