Archives

Les nouveautés – SPRINGBANK

« Sec, voire minéral »

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie… et même de l’orge cultivée à proximité dans ce cas précis.

Jaune clair. Nez marqué par la tourbe, qui s’accompagne de notes épicées (gingembre ?) et de fruits jaunes. La bouche est franchement brûlante, avec des notes herbacées (gazon tondu). Le caractère céréalier domine avec une belle rondeur, dominant presque la tourbe végétale, plutôt discrète. Belle vivacité générale, toute empreinte de jeunesse jusqu’à finale. Il aurait mérité de vieillir davantage…

Les nouveautés – SPRINGBANK

« Symphonie aromatique »

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux  et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune doré. La tourbe végétale se développe d’emblée au nez, avec quelques notes animales et de sous-bois. D’abord sec en bouche, voire un peu brûlant (un peu d’eau bienvenue pour les palais sensibles), il devient vite moelleux, mais bien épicé (poivre noir). Le fruité (poire jaune, coing) prend de l’importance, sans jamais faire oublier la tourbe. Pain brioché et caramel au beurre se font également remarquer. Encore une belle symphonie aromatique comme  Springbank sait l’orchestrer à cet âge d’une belle maturité.

Les nouveautés – LONGROW

« Un mariage séduisant »

Portant le nom d’une ancienne distillerie de Campbeltown fondée en 1896, et dont le dernier bâtiment existant abrite un des chais de Springbank, Longrow est aujourd’hui un single malt distillé dans les mêmes alambics que ceux servant à élaborer le Springbank. Mais est utilisé un malt entièrement tourbé (et non partiellement), avec une double distillation classique, et un vieillissement uniquement en fût de réemploi. Ce LONGROW malt, peu produit, a servi d’abord à donner des notes tourbées aux blends de Springbank, avant d’être commercialisé en single depuis les années 90.

Ambré tirant sur le rosé. La tourbe se manifeste dès le premier nez, avec des notes épicées accompagnées d’un léger caractère vineux. Attaque assez brûlante, mais se développant ensuite avec une certaine douceur apportée par le xérès (pedro ximenez ?) qui se marie bien avec la dominante tourbée, plus végétale que phénolique. Un mariage bien séduisant entre tourbe et xerez, les deux se complétant harmonieusement, malgré une petite lourdeur  tannique en fi n de bouche. Persistance puissante mais pleine de charme.

La sélection – Kilkerran

« Très jeune, mais prometteur »

Glengyle est la nouvelle distillerie de Campbeltown, installée entre 2000 et 2004 par la société Springbank. Il s’agit de la renaissance d’un site qui a été en activité de 1872 à 1925, appartenant à un membre de la famille Mitchell.
Le malt qui est élaboré à Glengyle porte le nom de Kilkerran (pour des raisons de propriété
commerciale), qui fait référence au saint évangélisateur de la région.

Jaune doré clair. Nez assez discret, voire fermé, sur les céréales et le malt. Assez brûlant à l’attaque (même avec un peu d’eau), il devient ensuite plus rond et moelleux. Dominante des fruits jaunes, bientôt relevés par les épices (poivre surtout). Prometteur, certes, maIs embouteillé bien jeune. C’est un peu dommage, car il y a du potentiel.

Springbank

« Si jeune et déjà… Springbank » ! »

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient  à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Doré légèrement soutenu. Au nez, la tourbe se développe plus lentement, et demande un peu d’aération pour prendre de l’ampleur, s’accompagnant de notes beurrées et fruitées. En  bouche, c’est d’abord la vivacité de l’alcool qui s’impose, et la tourbe se fait plus discrète, davantage fondue dans une douceur aromatique sur la brioche, l’herbacé, la poire et la prune jaune, la vanille avec des épices (gingembre, poivre noir). Malgré sa jeunesse, un Springbank déjà bien complet et harmonieux.

Hazelburn 9 ans

« Puissant… peut-être un peu trop ? »

Une ancienne distillerie de Campbeltown (1836-1925) a donné son nom à ce single malt distillé pour la première fois en 1996 par les Mitchell, toujours dans les mêmes alambics que Springbank et Longrow. L’idée était de refaire un malt comme dans les Lowlands, en utilisant un orge malté non tourbé, et en pratiquant une triple distillation. Ce malt est produit en faible quantité.

Doré un peu soutenu. Nez assez doux (surtout pour le degré), devenant plus puissant à l’aération, avec des notes fruitées (prune jaune) et biscuit au beurre. Attaque vive voire un peu brûlante. On retrouve ensuite la dominante fruitée avec beaucoup de piquant (poivre, piment) et un peu d’épices. Mais la puissance alcoolique atténue un peu trop toute la finesse aromatique des Hazelburn réduits.

Springbank

« Authentique… et abordable »

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune doré. Dès le nez, on perçoit la tourbe spécifi que à la distillerie, plus végétale que phénolique. L’attaque est un peu brûlante, vu le degré, mais le malt séduit vite par son fondu sur le malté, le caramel au beurre et la tarte Tatin et quelques épices bien sûr. Plus concentré et sec que d’autres versions, il demande à s’ouvrir pour développer toute sa gamme aromatique sur la fi nale et la persistance, remarquable. Un brut de fût authentique… et très abordable.

Springbank 14 ans

« Un arc-en-ciel aromatique »

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune doré. Nez moelleux mais puissant, marqué par la tourbe végétale, des notes fl orales, un peu de compote de pomme et de la vanille. Attaque assez ronde, mais très vite il devient  brûlant (poivre, épices). Ensuite, le corps est bien fondu et ample, avec la tourbe en toile de fond accompagnée de pomme cuite, d’épices (cannelle, gingembre), de caramel au beurre. Un vrai arc-en-ciel aromatique qui se prolonge jusqu’à la finale, et une longue persistance inimitable.

Hazelburn Sherry Wood

La distillerie Springbank continue d’expérimenter de nouvelles techniques de vieillissement pour sa série des « Wood » avec un single malt Hazelburn triple distillé en octobre 2003 et vieilli intégralement dans des fûts de xérès oloroso pendant 13 ans qui lui apportent des notes très gourmandes de confitures de fruits, de chocolat blanc et de zeste d›orange.

Nez : raisins, sucre demerara, toffee.
Bouche : confiture, zeste d’orange, chocolat blanc. Finale : chocolat à l’orange, café.

Springbank 12 ans

Variations végétales autour de la tourbe …

La plus réputée des dernières distilleries de la région du Kyntire, qui en a compté plus d’une trentaine. Springbank, qui appartient à la famille Mitchell depuis sa création en 1828, maintient presque à elle seule l’originalité du style somptueux et complexe des malts de Campbeltown, dont l’aptitude au vieillissement est particulièrement remarquable. Tout est fait ici sur place, du maltage à l’embouteillage, avec une double distillation et demie.

Jaune bien doré. Le nez, plutôt fermé, demande de l’aération pour se révéler sur une tourbe végétale assez douce et automnale, mais avec de la puissance. Attaque d’abord suave, mais devenant plus sèche et un peu épicée. La tourbe prend ensuite toute son ampleur, accompagnée d’herbe fraîchement tondue, de feuilles mortes et de notes de toffee. Les champignons de sous-bois nous emmènent jusqu’à la finale, un peu astringente. Longue persistance sur la tourbe.